33 ans sans reconnaissance : la Marocaine que l’Espagne ne voit pas

3 septembre 2023 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : Bladi.net

Si la frontière sud de l’Espagne est souvent perçue comme un symbole des difficultés rencontrées par les migrants, de nombreux autres affrontent un obstacle tout aussi difficile : la bureaucratie. Pour obtenir un permis de séjour, il faut souvent attendre des années, sauf en de rares occasions où l’État accélère la procédure pour des raisons humanitaires.

Le cas d’Amira est particulièrement frappant. Cette Marocaine de 47 ans vit à Sebta depuis son enfance. Malgré une dizaine de demandes, la résidente reste invisible pour l’administration espagnole depuis presque 33 ans, selon l’ONG No Name Kitchen, citée par Cadenaser.

A lire : Espagne : un Marocain travaille gratuitement pendant 6 mois pour avoir ses papiers

Fuyant une « enfance violente » à Marrakech, Amira est arrivée à Ceuta à 14 ans, attirée par la présence de sa sœur qui y résidait. Faute de papiers, elle n’a jamais été scolarisée et a dépensé plus de 7 000 euros en avocats, dont l’un l’a arnaquée après avoir encaissé une somme considérable.

Malgré ses tentatives et celles de ses employeurs, toutes ses demandes de régularisation ont été rejetées par l’administration. « À chaque fois que je vais à l’immigration, on me dit que je n’existe pas à Ceuta », déplore Amira.

Son quotidien est marqué par des défis et des craintes constantes. Elle gagne moins de 500 euros par mois, travaille au noir, et a peur d’être renvoyée au Maroc. « J’ai peur de retourner à l’enfer d’où je viens », confie-t-elle.

A lire : Karim Chnani, de sans-papiers à commissaire aux comptes

Celia Martín, du projet No Name Kitchen à Ceuta, pointe du doigt les difficultés rencontrées pour demander l’asile ou un rendez-vous au service d’immigration. Les créneaux de réservation ne sont disponibles que brièvement et rarement, piégeant ainsi de nombreuses personnes.

Vivant dans la peur d’une expulsion vers le Maroc, Amira, qui n’a aucun droit à la santé, paye une assurance privée malgré son faible salaire de moins de 500 euros mensuels. Elle n’a pas non plus renouvelé son passeport, un document essentiel pour ses démarches, par crainte de ne pas pouvoir revenir à Ceuta.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Intégration - Ceuta (Sebta) - Immigration

Aller plus loin

De sans-papiers à héros : l’exploit d’Abdel à Bruxelles (vidéo)

Abderraouf, dit Abdel, est considéré comme un héros après avoir sauvé une femme qui a tenté de se suicider à la gare du Midi à Bruxelles. La vidéo de son sauvetage est devenue...

French Montana : de sans-papiers à star du rap

French Montana, Karim Kharbouch à l’état civil, est né et a grandi au Maroc jusqu’à la fin des années 1980, avant de déménager aux États-Unis, dans le sud du Bronx, avec sa...

Espagne : un Marocain travaille gratuitement pendant 6 mois pour avoir ses papiers

Désespéré de ne pouvoir régulariser sa situation en Espagne, Abdel, un Marocain de 27 ans, était prêt à travailler gratuitement pendant six mois, avant d’être recruté comme...

Karim Chnani, de sans-papiers à commissaire aux comptes

Arrivé en France en 2002, Karim Chnani, sans papiers, a réussi à se frayer un chemin jusqu’à devenir un commissaire aux comptes à Limoges. Un parcours de vie inspirant.

Ces articles devraient vous intéresser :

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.