Des athlètes marocains menacent de boycotter les JO de Tokyo

6 juillet 2021 - 18h20 - Sport - Ecrit par : G.A

Des athlètes marocains faisant partie de la délégation marocaine attendue aux JO de Tokyo, ont déclaré qu’ils manqueront à l’appel si leurs fédérations ne leur versent pas intégralement leurs salaires. Ils se plaignent du traitement qui leur est réservé et soulignent que leurs responsables répondront des conséquences qui découleraient de leur absence à ces compétitions internationales pour lesquelles les autorités ont promis de grosses primes en cas de victoire.

Les JO de Tokyo se tiendront du vendredi 23 juillet au dimanche 8 août prochain. Le Maroc y sera représenté par 48 sportifs, dans 18 disciplines. Seulement, certains de ses sportifs qui devront défendre les couleurs nationales, menacent de rester chez eux, tant qu’ils n’ont pas reçu les salaires que leur doivent leurs fédérations respectives, rapporte le quotidien Al Akhbar.

À lire : La Marocaine Siham Hilali prépare les JO de Tokyo en France

Informé de la plainte, le Comité national olympique marocain (CNOM) s’est dit surpris par l’initiative entreprise par ce groupe de sportifs qui refusent même de se préparer pour le plus important événement sportif au monde. Ils ont refusé de prendre part à un stage de préparation prévu à l’étranger et réclament le versement d’une somme de 200  000 dirhams avant d’accepter de faire partie du voyage à Tokyo. Cette plainte met à nu les difficultés que traversent certaines fédérations depuis plusieurs mois. Selon le journal, rester de nombreux mois sans salaire pourrait avoir un impact sur le rendement des athlètes lors des JO.

À lire : Soufiane Bouchikhi s’effondre et rate sa qualification aux JO de Tokyo

Pour régler le conflit qui s’est installé et qui risque de compromettre la participation de la délégation marocaine aux JO, le CNOM propose sa médiation afin de garder ces athlètes mécontents, complètement concentrés sur la compétition, surtout que les sportifs qui menacent de rater la compétition, évoluent pour la plupart dans des disciplines où le Maroc a le plus de chances d’obtenir des médailles.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Athlétisme - Japon - Jeux Olympiques de Paris 2024 - Boycott

Aller plus loin

JO de Tokyo : le Maroc présente 48 athlètes dans 18 disciplines sportives

Pour les Jeux olympiques de Tokyo, le Maroc va présenter 48 athlètes. Ces derniers vont concourir dans 18 disciplines sportives.

L’arbitre marocain Adil Zourak officiera aux Jeux Olympiques de Tokyo

L’arbitre international marocain, Adil Zourak, figure sur la liste sélective des 99 arbitres devant officier les matchs du tournoi de football dans le cadre des Jeux Olympiques...

Les boxeurs marocains millionnaires s’ils remportent l’or aux JO de Tokyo

Les boxeurs marocains qui reviendront des prochains jeux olympiques qui se tiendront à Tokyo, avec des médailles, toucheront des grosses primes de la part de leur fédération.

La Marocaine Siham Hilali prépare les JO de Tokyo en France

Le Pôle d’Excellence de Romilly Athlétisme (PERA) reçoit du monde depuis quelques semaines. Plusieurs athlètes de renommée internationale parmi lesquelles l’internationale...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc triomphe au meeting international de para-athlétisme (39 médailles)

La 7ᵉ édition du meeting international de para-athlétisme, le Grand Prix Moulay El Hassan, a pris fin samedi dernier après trois jours de compétition intense au Grand Stade de Marrakech. Le Maroc a brillé sur son propre terrain en remportant 39...

Primes dérisoires, le coup de gueule de Soufiane El Bakkali

L’athlète marocain Soufiane El Bakkali critique la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA) en attirant l’attention sur le manque d’efforts pour motiver les meilleurs athlètes du royaume.

Un record de Hicham El Guerrouj tombe, après 24 ans

Le Norvégien Jakob Ingebrigtsen a fait voler en éclats le record du monde du 2 000 mètres, détenu par le Marocain Hicham El Guerrouj depuis 24 ans.

Iliass Aouani, recordman italien du marathon, répond avec élégance aux injures racistes

Après avoir battu le record italien du marathon (2h07:16), Iliass Aouani a essuyé des insultes racistes. Sur la toile, il a été attaqué notamment sur ses origines marocaines. Plutôt que d’employer le même ton que ses détracteurs, l’athlète a préféré...

Marathon des sables : le Marocain Rachid El Morabity vise un 10ᵉ titre

Le Marocain Rachid El Morabity, 9 fois vainqueur du Marathon des sables, l’un des plus difficiles au monde, vise une dixième victoire de cette course qui démarre ce dimanche.

Adel Mechaal, médaille d’argent aux championnats d’Europe d’athlétisme en salle

L’hispano-marocain Adel Mechaal a remporté la médaille d’argent dans l’épreuve des 3 000 mètres lors des championnats d’Europe d’athlétisme en salle, à Istanbul, dimanche. Le favori norvégien, Jakob Ingebrigtsen, a remporté la course en établissant un...

Un athlète marocain privé de plusieurs victoires après des tests antidopage

Plusieurs athlètes viennent d’être suspendus par l’Unité d’Intégrité de l’Athlétisme (AIU), dont le Marocain Samir Jouaher, victorieux de plusieurs marathons ces derniers mois.

Karim Mosta : À 69 ans, un périple à vélo de 16 000 km à travers 16 pays

L’athlète marocain Karim Mosta, double vainqueur de la coupe d’ultra-marathon, se lance un nouveau défi sportif complètement fou : parcourir 16 000 km à vélo en traversant 16 pays en quelques mois.

Brahim Diaz : Le Maroc lui offre le rêve olympique

L’une des raisons qui ont amené Brahim Diaz à choisir de jouer pour le Maroc est sans aucun doute la possibilité de participer aux Jeux olympiques Paris 2024. Pour réaliser ce rêve, l’attaquant du Real Madrid devrait obtenir l’accord préalable de son...

Fouad Idbafdil, athlète réfugié, suspendu pour dopage

Fouad Idbafdil, un athlète réfugié d’origine marocaine et bénéficiant d’une bourse du Comité International Olympique (CIO) pour se préparer aux Jeux Olympiques de Paris en 2024, a été suspendu pour trois ans suite à un contrôle positif à l’EPO.