L’avortement clandestin en débat au Maroc

30 mai 2010 - 11h53 - Maroc - Ecrit par : L.A

Les 28 et 29 mai s’est tenue une conférence nationale sur l’avortement clandestin à Rabat. Une première au Maroc où l’avortement reste un sujet tabou et un acte passible d’une peine de prison.

Médecins, associations et parlementaires ont débattu pendant deux jours dans la capitale marocaine sur l’avortement clandestin pratiqué. Celui-ci serait d’ailleurs pratiqué à une moyenne de 800 cas par jour. Le but de cette rencontre : faire adopter une loi sur l’avortement légalisant celui-ci dans certains cas.

Sous le thème "Ensemble contre l’avortement à risque", cette première conférence nationale sur l’avortement clandestin a été initiée par l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin dirigée par Chafik Chraïbi, médecin gynécologue.

Celui-ci explique sa démarche : "L’interdit n’empêche personne. Les grossesses non-désirées sont là et les avortements sont là. Beaucoup de femmes n’ont pas les moyens de se faire avorter dans le privé. Elles se détournent alors vers un genre d’avortements qui est très dangereux et c’est ce qui m’a révolté." (AFP).

Rappelons qu’au Maroc les personnes qui y ont recours et les médecins la pratiquant encourent jusqu’à 30 ans de prison.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Conférences - Rabat - Famille - Lois - Femme marocaine - Chafik Chraïbi - Enfant - Prison - Avortement

Aller plus loin

Meknès : arrestation d’un médecin,cerveau d’un réseau d’avortement clandestin

Les services de la police de Meknès ont démantelé un réseau actif dans le trafic de médicaments de contrebande et d’avortement clandestin. À la tête de cette bande criminelle,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.