Baccalauréat : le FBI marocain enquête sur les fuites

11 juin 2015 - 22h40 - Maroc - Ecrit par : J.L

Les fuites des examens du baccalauréat au Maroc irritent le plus haut sommet de l’Etat et remettent en cause tout le système éducatif du pays, étouffé par trop de commissions qui n’ont abouti jusqu’à présent à aucun résultat concret. Aujourd’hui c’est le FBI marocain qui s’en mêle !

Le scandale des fuites et des pages Facebook qui ont publié les énoncés des examens du baccalauréat à peine dix minutes après le début des épreuves mardi matin, est arrivé jusqu’au parlement.

Pour le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, ces fuites ne sont pas une simple infraction, mais une trahison de la nation, dénonçant des actes prémédités et préparés par des traîtres qui seront sévèrement réprimés. Le ministère de l’Education anticipe, mais semble dépassé par les événements.

Adbellatif Hammouchi, patron du contre espionnage marocain se serait mêlé de cette affaire et aurait chargé le Bureau Central des Investigations d’enquêter sur ces fuites, rapporte le quotidien Al Akbar dans son édition de vendredi.

Le journal parle même de la création d’une cellule nationale de haut niveau, composée du ministère de l’Intérieur, des dirigeants des services de sécurité et de renseignement, après la fuite des examens de mathématique, expliquant que toutes les décisions avaient été prises par la plus haute autorité du pays.

Le ministère de l’Intérieur a donné des instructions aux Walis et aux gouverneurs à travers le Maroc, pour créer des commissions provinciales et régionales, chargées de suivre la situation sur le terrain et de coordonner avec les services centraux pour réagir rapidement en cas de nouveaux de cas de triche.

Sujets associés : Baccalauréat Maroc 2023 - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Abdellatif Hammouchi - Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ)

Aller plus loin

Tricher au Baccalauréat peut vous amener en prison pendant 2 ans

Le ministère de l’Education nationale est catégorique, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher les candidats au baccalauréat de tricher pendant les examens et si...

Maroc : A 64 ans, il passe son baccalauréat pour la première fois

Ahmed Sedki, 64 ans, retraité de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) passe son baccalauréat cette année à Khouribga, pour la première fois de sa vie. Un rêve qu’il a caressé...

Bac 2022 au Maroc : la session de rattrapage reportée

La date de la session de rattrapage de l’examen du baccalauréat a été prolongée, selon l’annonce faite par le ministre de l’Éducation Nationale, Chakib Benmoussa.

Prison pour les tricheurs au baccalauréat ?

Les candidats au baccalauréat pris en flagrant délit de tricherie pourraient être condamnés à des peines allant de trois mois à trois ans de prison, aurait menacé le ministre de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé, mardi, à une nouvelle série de nominations au niveau de plusieurs services décentralisés de l’institution.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Le chef de la police espagnole en visite au Maroc

Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, (DGSN/DGST) Abdellatif Hammouchi, a reçu en audience à Rabat, son homologue espagnol, Francisco Pardo Piqueras qui a effectué au Maroc, une visite de travail.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.