Évaporation des eaux dans les barrages du Maroc : les centrales solaires comme solution ?

20 mars 2020 - 22h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le Maroc veut lutter contre l’évaporation des eaux dans les barrages. Une étude des centrales solaires a été confiée à l’allemand Suntrace par Masen. L’adoption du photovoltaïque flottant serait tributaire des résultats sur le coût de la mise en place et de la production d’électricité.

Le photovoltaïque flottant est une technologie qui consiste à mettre en place des centrales solaires sur les surfaces des bassins hydrauliques. C’est la solution qu’envisage d’explorer le Maroc pour lutter contre l’évaporation des eaux dans les barrages, avec le gain de la production d’électricité. Il permet également de faire face à l’évaporation des bassins aquatiques. L’étude d’opportunité que Suntrace est en train de réaliser pour le compte de Masen, va permettre l’adoption ou non du photovoltaïque flottant. Dans le domaine, le royaume n’est pas en retard, car la France a lancé sa première station de solaire flottant en octobre 2019 seulement.

L’objectif de l’étude en cours, selon Abderrahim Jamrani, directeur de la conception technique de Masen, n’est pas de déterminer les quantités d’eau à gagner, mais de calculer le coût de cette technologie par rapport aux autres procédés scientifiques, comme le dessalement. Pour Jamrani, il faut se demander si une centrale solaire photovoltaïque est plus rentable qu’une centrale de dessalement pour 1m³ d’eau avant d’opérer un choix. Mais il précise qu’à coûts équivalents, c’est le photovoltaïque flottant qui l’emportera. Car, ce sont les régions comme le Draâ ou le Tafilalet, éloignées de l’océan, qui doivent s’approvisionner en eau dessalée à un coût très élevé.

Du côté de Masen, la piste d’installation des barrages à proximité des centrales solaires est envisagée, au cas où le photovoltaïque flottant sera abandonné à cause de ses coûts prohibitifs. Le barrage El Mansour Eddahbi est visé à cause de sa proximité avec Ouarzazate, où se trouve la grande station Noor. Le Maroc dispose d’importantes superficies pour accueillir les centrales selon les normes en vigueur, qui doivent tenir compte des coûts et du volume d’eau que ces dernières vont permettre de préserver.

L’étude comporte, non seulement le volet écologique qui doit évaluer l’impact environnemental sur la faune et la flore, mais également, les profondeurs des bassins et la proximité des berges à respecter.

L’électricité du photovoltaïque flottant coûte 20 à 25 % plus cher que celle produite au sol. C’est pourquoi il est exigé plus de précisions à Suntrace dans ses résultats sur le Maroc. Lesdites précisions permettront de déterminer la pertinence ou non de photovoltaïque flottant pour aboutir à un choix.

Sujets associés : Energie - Energie solaire

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : gros investissement dans les barrages

Le Maroc va accueillir cinq nouveaux barrages en 2021, d’une capacité de 525 millions de m³ pour un coût global estimé à 4, 8 milliards. Ces projets font partie du plan national de...

Le Maroc compte dépasser 52% de la puissance électrique installée à partir de sources renouvelables

Réduire la consommation d’énergie de 20% d’ici l’horizon 2030, tel est l’objectif du plan marocain pour le développement des énergies renouvelables.

Et si on construisait un barrage entre le Maroc et l’Espagne ?

Alexandre Meinesz, biologiste marin au CRNS à Nice propose la construction d’un barrage à Gibraltar — entre la pointe de l’Espagne et le Maroc — pour contrer efficacement la montée...

Les espaces verts de Rabat irrigués en eaux usées traitées

Le Maroc a décidé d’utiliser les eaux usées traitées pour irriguer les espaces verts, en raison de la rareté des pluies. La ville de Rabat a été choisie pour la phase expérimentale...

Nous vous recommandons

Energie

Energies vertes : des entreprises françaises prospectent au Maroc

À l’initiative de la banque d’affaire française Bpi France, plus d’une quinzaine d’entreprises françaises séjournent du 21 au 25 février à Casablanca, pour explorer les opportunités liées aux énergies vertes et diversifier leur clientèle au...

Fin du GME : le Maroc ne connaitra pas une crise énergétique selon un expert

Suite à la rupture du contrat du GME par les autorités algériennes, les experts ont rassuré que cette décision n’aura aucun impact sur la fourniture de l’électricité au Maroc.

La hausse des prix des carburants au Maroc pourrait profiter à Melilla

La réouverture annoncée de la frontière avec le Maroc présente de bonnes perspectives pour Melilla dont les stations-service pourraient tirer profit de l’augmentation des prix des carburants à la pompe et du risque de pénurie dans le...

Les barrages marocains remplis à 51,3%

Les bassins des principaux barrages marocains ne désemplissent pas au point d’atteindre au 03 mars 2021, plus de 8,26 milliards de m³, soit un taux de remplissage de 51,3 %.

Israël et le Maroc veulent révolutionner le secteur de l’énergie

Les perspectives de coopération dans le secteur de l’énergie ont fait l’objet de discussions entre le ministre israélien de l’Énergie et ses homologues des Émirats arabes unis, du Maroc, du Soudan et de Bahreïn. Une première depuis les accords de...

Energie solaire

Le Maroc dépense sans compter pour développer le Sahara

Le Maroc veut faire du Sahara, un maillon stratégique vers l’Afrique subsaharienne. C’est en conformité avec la vision du Roi Mohammed VI qui, le 7 novembre 2020, à l’occasion du 45e anniversaire de la Marche verte, a réaffirmé ses objectifs de...

Maroc-Royaume-Uni : le câble électrique sous-marin opérationnel d’ici 2030

Le projet de construction d’un câble sous-marin reliant le Maroc au Royaume-Uni se précise. Il permettra de fournir de l’énergie au Royaume-Uni depuis une centrale solaire et éolienne de 10,5 GW qui sera installée dans la région de Guelmim Oued Noun et sera...

Noor Ouarzazate, une merveille solaire mondiale au cœur de la transition énergétique africaine

Noor Ouarzazate est l’un des plus grands parcs solaires au monde qui procure de l’électricité à près de deux millions de Marocains et crée par la même occasion des emplois. Le Maroc entend porter à 52% la part du renouvelable dans son mix énergétique à...

Energies renouvelables : l’espagnol Prodiel fait ses adieux au Maroc

Le groupe espagnol Prodiel, spécialisé dans les installations électriques et l’intégration de solutions photovoltaïques et éoliennes a décidé de quitter le Maroc. Il vient de liquider sa filiale Proyectos e Instalaciones Electricas Maroc (PIEM) créée en début...

Action climatique : le Maroc deuxième mondial

L’indice de performance climatique 2019, élaboré par Germanwatch, Newclimate Institue et Climate Action Network International (CAN), classe le Maroc comme étant le deuxième pays au monde en termes d’action climatique. Dans ce classement, le Maroc dame le...