Un "bateau de l’avortement" néerlandais au Maroc

1er octobre 2012 - 11h26 - Monde - Ecrit par : L.A

Le "bateau de l’avortement" (abortusboot) de l’organisation néerlandaise "Women on Waves", se rendra au Maroc la semaine prochaine, pour y aider des Marocaines à avorter dans les eaux internationales. Cette action permettra de contourner la loi marocaine, qui interdit l’avortement.

Women on Waves a été invité au Maroc par le "Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles" (MALI), surtout connu pour sa lutte pour le droit de manger en public pendant le Ramadan. Depuis peu, MALI se bat aussi pour la légalisation de l’avortement au Maroc, où toute personne impliquée dans un avortement clandestin, risque jusqu’à 2 ans de prison.

Sur le bateau, les Marocaines souhaitant mettre fin à leur grossesse, pourront le faire sans enfreindre la loi marocaine, puisqu’une fois dans les eaux internationales, tout ce qui se fait à bord tombe sous coup de la loi néerlandaise.

Actuellement au Maroc, une grossesse peut uniquement être interrompue si elle représente un danger pour la mère. Une réforme de cette loi est toutefois étudiée, afin de légaliser l’avortement en cas de viol, d’inceste où de déformation fœtale.

D’après l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin, plus de 600 avortements sont pratiqués quotidiennement par des docteurs au Maroc. A cela s’ajoutent 200 avortements clandestins par jour.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Lois - Femme marocaine - Enfant - Avortement - Mouvement alternatif pour les libertés individuelles

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.