L’influenceuse belgo-marocaine Jamilla Baidou harcelée

30 août 2022 - 15h40 - Belgique - Ecrit par : G.A

Depuis que le gouvernement belge a obligé les influenceurs à publier leur adresse, l’influenceuse Maroco-Belge Jamilla Baidou dit faire l’objet de harcèlement.

Ancienne candidate à The Voice Flandres en 2014, et aujourd’hui devenue star sur les réseaux sociaux, elle compte 180 000 abonnés sur YouTube et 210 000 sur Tik Tok. Elle n’aura pas longtemps profité de sa célébrité. Même si la loi qui obligeait les influenceurs à mettre en ligne leur adresse a désormais été annulée, le mal est déjà fait pour Jamilla Baidou qui, aujourd’hui, se retrouve à la merci de ses harceleurs. « Je voulais aussi juste montrer ce qui pourrait arriver si nous exposions simplement notre adresse », a déclaré Jamilla Baidou. « Ce n’est plus sûr, nous avons peur dans notre propre maison », raconte-t-elle à Het Nieuwsblad.

À lire : Selma Omari déplore le manque de solidarité des Marocains des Pays-Bas

Même si elle est devenue une star sur Youtube et TikTok, ses vidéos ne sont pas appréciées de tous et poussent certains à lui lancer des propos haineux. Elle se réjouit de l’annulation de la loi et espère que le gouvernement pourra l’aider à protéger sa vie privée. « Je suis contente pour les autres influenceurs. Et nous ? Je ne demande pas une armée à la porte, mais quelque chose qui nous garantisse plus de sécurité », déclare Baidou. « C’est juste que ce n’est plus sûr, on ne se sent plus chez soi », a-t-elle regretté.

À lire : Une influenceuse droguée et violée lors d’un voyage au Maroc

Elle confie avoir vécu des moments horribles. « Les premiers jours, ça a commencé tranquillement avec des fans adorables, je pensais que j’exagère peut-être. Mais le soir, un inconnu s’est soudainement présenté à la porte. Nous avons finalement parlé à cet homme et il nous a dit qu’il avait rendez-vous avec Jens, mon colocataire », raconte Jamilla.

À lire : Cette Marocaine est devenue très riche grâce à Instagram

Apparemment, quelqu’un avait publié son adresse dans un forum de discussion anonyme pour des rencontres sexuelles. « Nous avons vu cela comme une blague ridicule. Mais cette même nuit, la sonnette a à nouveau retenti. Une autre personne s’est présentée pour une soirée. Je ne blâme pas ces hommes, ils sont aussi des victimes. Mais le fait que notre adresse soit utilisée n’est pas acceptable », a déclaré Baidou, qui envisage de déménager prochainement.

Sujets associés : Belgique - Menaces - Youtube - TikTok

Aller plus loin

Maroc : un Youtubeur interpellé pour injures graves

Un jeune homme a été interpellé à Settat pour avoir insulté les Marocains et les institutions du Royaume dans une vidéo diffusée sur YouTube.

Une influenceuse droguée et violée lors d’un voyage au Maroc

Dounia, une influenceuse belge dit avoir vécu les pires jours de sa vie lors d’un voyage au Maroc où elle affirme avoir été droguée et violée dans une villa. Elle a porté...

La Marocaine Ines Tazi à l’affiche d’une nouvelle téléréalité sur Netflix

Révélée dans la téléréalité française « The Circle Game », l’influenceuse franco-marocaine Ines Tazi vient d’intégrer le casting américain de l’émission « Perfect Match » qui...

Selma Omari déplore le manque de solidarité des Marocains des Pays-Bas

Première grande star d’origine marocaine des réseaux sociaux aux Pays-Bas, Selma Omari a plus d’un demi-million d’abonnés sur Instagram et 125 000 sur YouTube, elle confie dans...

Ces articles devraient vous intéresser :

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Les employés marocains de TikTok en colère

Les modérateurs de contenu marocains ne sont pas contents de TikTok. Ils dénoncent la détresse psychologique et les bas salaires.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.