Béziers : procès sous haute sécurité des membres d’un réseau criminel dont un Marocain

4 juillet 2023 - 14h30 - France - Ecrit par : P. A

Un procès hors normes s’est ouvert lundi à Béziers. Y prennent part vingt prévenus dont un Marocain, accusés de trafic de drogues, d’armes, de voitures volées, etc., et une cinquantaine de parties civiles. Le procès se déroule sous haute sécurité et va durer dix jours.

Un important contingent de policiers, gendarmes, et d’agents de l’Équipe régionale d’intervention et de sécurité (Eris) ont été déployés au tribunal pour garantir la sécurité et la sérénité lors du procès, rapporte Midi Libre. Parmi les prévenus, on compte des membres d’une même famille, très connue à Béziers, possédant des garages automobiles, une salle de sport et des boîtes de nuit qu’ils utilisaient comme écran pour mener en douce leurs trafics présumés et les blanchiments d’argent.

L’affaire a éclaté après que les militaires de la gendarmerie de Pézenas ont reçu en 2020 une dénonciation d’un trafic de produits stupéfiants de la part d’un témoin anonyme. Les agents ont ensuite mené leurs enquêtes et ont réussi à localiser les trafiquants de drogue, deux frères, qui étaient très actifs dans la commune de Montblanc et les environs. Mais les enquêteurs découvrent qu’il s’agissait en réalité d’un réseau criminel qui, en plus du trafic de drogues, faisait aussi du trafic d’armes, de cigarettes et de voitures volées, et du blanchiment d’argent.

À lire : France : procès de deux Marocains pour trafic de drogue, un relaxé

Dix-sept suspects ont été interpelés le 4 avril 2020, et deux autres, qui étaient au Maroc et en Arménie, quelques semaines plus tard. En tout, plus de 30 armes dont des armes d’assaut, des milliers de cigarettes, d’importantes quantités de munitions de divers calibres, des gilets pare-balles, de fausses cartes de police, de la drogue, ainsi que 53 000 euros en espèces ont été saisis. Les enquêteurs ont aussi retrouvé 134 victimes de vols de voitures, lesquelles étaient revendues par les prévenus qui trafiquaient leurs compteurs.

Au cours de ce procès de dix jours, les avocats auront quatre jours pour présenter leurs plaidoiries, après la première journée qui a été consacrée à la lecture des chefs d’inculpation aux prévenus. L’avocat des principaux mis en cause, absent, pourrait demander le renvoi du dossier.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Drogues - Procès - Béziers - Trafic - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Un rapport inédit d’Europol sur les criminels marocains

De nombreux Marocains figurent parmi près de 25 000 individus de différentes nationalités appartenant à 821 organisations criminelles actives en Europe. C’est ce que révèle un...

Le chef présumé d’un trafic de drogue en fuite au Maroc, un procès s’ouvre à Bobigny

Le procès du « supermarché de la drogue » de Saint-Ouen s’ouvre ce lundi 9 mai devant le tribunal judiciaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis) en l’absence du chef présumé du...

Du Maroc à Eupen : le parcours tragique d’Omar Benchamsy

Accusé en assises de deux assassinats et cinq tentatives d’assassinat, Omar Benchamsy est actuellement jugé en Belgique. Les déclarations de l’homme d’origine marocaine étonnent.

Début du procès d’Ashraf Sekkaki, « le roi de l’évasion »

Accusé dans une affaire de trafic international de drogues, le Belgo-marocain Ashraf Sekkaki est fixé sur sa comparution prochaine devant la Cour d’appel de Rabat.

Ces articles devraient vous intéresser :

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

Les casinos sont dans le viseur des autorités marocaines. Seraient-ils devenus des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ?

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...