Victime de rumeurs, la pastèque marocaine boudée

27 août 2021 - 14h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Nouvelles attaques contre les agriculteurs marocains. De rumeurs circulent, faisant état de la nocivité de la pastèque marocaine, obligeant à nouveau l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) à monter au créneau pour certifier de la qualité de ce fruit produit sur place selon les normes de sécurité sanitaire des aliments.

Face à cette forte campagne de dénigrement, le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a apporté un ferme démenti : la pastèque marocaine est parfaitement conforme aux normes de sécurité sanitaire des aliments, qualifiant ces rumeurs répandues sur les réseaux sociaux de « dangereuses, irresponsables et sans fondement » et portant atteinte à la production de la culture de la pastèque, ainsi qu’aux agriculteurs. « Toutes les analyses effectuées démontrent une absence totale de contaminants de ce fruit, que ce soit des résidus de pesticides, des métaux lourds ou des bactéries », a affirmé la tutelle, précisant que les différentes analyses effectuées par l’ONSSA, dans le cadre du plan de surveillance et de contrôle de la pastèque durant la campagne en cours, n’ont établi la moindre présence de résidus des pesticides, des métaux lourds (plomb et cadmium) et des bactéries (salmonelles et coliformes).

Pour preuve, poursuit le ministère, jusqu’au 20 juin 2021, 218 000 tonnes de pastèques ont été exportées principalement vers les pays de l’Union européenne, au cours de cette campagne, soit pratiquement la même quantité que la campagne précédente à la même date, balayant les déclarations selon lesquelles, le royaume a connu une baisse des exportations de pastèques en raison de leur mauvaise qualité. Et les responsables du ministère d’ajouter : « le système européen de surveillance n’a signalé aucune non-conformité sur la pastèque marocaine exportée durant les cinq dernières années ». À savoir que les semences importées font l’objet d’un contrôle technique et phytosanitaire systématique aux frontières pour en vérifier la conformité aux normes et aux spécifications en vigueur au Maroc, avant d’autoriser leur commercialisation.

Pour conclure, l’utilisation de variétés de semences génétiquement modifiées est interdite pour toutes les cultures au Maroc, rappelle le ministère.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Union européenne - Exportations - Agriculture - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Office national de sécurité sanitaire et des produits alimentaires (ONSSA)

Aller plus loin

Le Maroc est le 3e producteur mondial de pastèques

La pastèque marocaine cartonne à l’étranger. L’année dernière, les exportations ont connu une hausse de près de 300%, après déjà une très bonne année 2017.

Espagne : 81 % des pastèques importées sont marocaines

Selon une étude menée par l’organisation COAG avant le lancement de la campagne agricole en Espagne, 81 % des pastèques importées sont marocaines. Pour l’organisation, la...

Les habitants de Tata vent debout contre la culture de la pastèque

Les habitants de la ville de Tata affichent leur opposition à la culture de la pastèque parce qu’elle assèche les nappes phréatiques et les met en difficulté en période de...

Les producteurs espagnols de melon et de pastèque dénoncent la concurrence marocaine

Les associations de producteurs de fruits et légumes d’Almería, Coexphal et Aproa, vont manifester ce vendredi pour protester contre la chute des prix du melon et de la pastèque...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les aviculteurs marocains craignent la grippe aviaire

Le Maroc ne prend pas encore des mesures pour contrer l’entrée sur son territoire de la grippe aviaire qui sévit actuellement en Europe et dans la sous-région. Cette attitude des autorités inquiète les éleveurs de volailles qui ont une nouvelle fois...

Les exportations marocaines d’habillement vers l’Europe en forte croissance

Les exportations marocaines d’habillement vers l’Union européenne (UE) connaissent une forte augmentation.

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Maroc : record des exportations automobiles

L’industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l’export. À fin septembre dernier, les exportations se sont établies à 77,68 milliards de dirhams, soit leur plus haut niveau durant la même période des cinq dernières années.

Énergie verte : partenariat entre le Maroc et l’UE

Le Maroc et l’Union européenne s’apprêtent à signer une alliance verte, qui permettra de renforcer les efforts du royaume dans la lutte contre le changement climatique.

Maroc : boom des exportations automobiles à fin novembre 2023

Les exportations de voitures ont augmenté de 30,2 % à fin novembre 2023 par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant plus de 130,64 milliards de dirhams (MMDH).

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.