Caricatures : la position de l’Église catholique sur la question de liberté

8 novembre 2020 - 17h30 - France - Ecrit par : S.A

Dans une déclaration publiée samedi, les évêques de France, réunis en assemblée plénière après les attentats de Conflans-Sainte-Honorine et de Nice, ont donné leur position sur la question de liberté en cette période où les débats autour des caricatures font rage.

"Profondément meurtris par les attentats islamistes et plus particulièrement par celui d’un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine puis de trois catholiques dans une église de Nice, les évêques de France réunis en Assemblée plénière condamnent sans réserve ces crimes", ont-ils déclaré, avant de citer un extrait de l’encyclique Tous Frères du Pape François. "Le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb et moi-même avons déclaré fermement que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang."

Pour les évêques de France, la liberté doit être défendue sans faiblesse. "Est-ce à dire que la liberté d’expression ne doit connaitre aucune retenue vis-à-vis d’autrui et ignorer la nécessité du débat et du dialogue ? Oui, les croyants, comme tous les citoyens, peuvent être blessés par des injures, des railleries et aussi par des caricatures offensantes", s’adressent-ils à leurs compatriotes.

Ils les appellent à tenir compte de la fraternité dans leurs comportements individuels et collectifs, personnels et institutionnels. Leur profonde conviction, diront-ils, est la suivante : "la liberté grandit quand elle va de pair avec la fraternité". Puisqu’il n’y a "pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité".

"Comme le dit Saint-Paul : ’Tout est permis’, dit-on, mais (…) tout n’est pas bon’, ’Tout est permis, mais tout n’est pas constructif’. Que personne ne cherche son propre intérêt, mais celui d’autrui » (1 Cor 10, 23-24). Il est temps de réfléchir à la manière dont nos institutions collectives et nos comportements individuels doivent promouvoir le respect et déployer la fraternité. Cette réflexion urgente doit être engagée par les pouvoirs publics. Elle concerne chacun d’entre nous. Elle nous concerne tous", ont-ils conclu.

Sujets associés : France - Religion - Liberté d’expression - Nice - Attentat

Aller plus loin

L’attentat de Nice fera-t-il l’objet d’un procès pour terrorisme ?

Les juges antiterroristes français sont attendus dans l’affaire dite de l’attentat de Nice, dont l’auteur est Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un Franco-tunisien de 31 ans. Il leur...

Professeur décapité : les élèves et parents sous le choc

Quelques heures après l’attaque qui a ciblé un professeur d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, les habitants, notamment les élèves et les parents, sont...

Professeur d’histoire décapité : l’agresseur abattu est bien l’auteur du message de revendication

Abdoullakh Abouyezidovitch, l’individu ayant décapité le professeur d’histoire vendredi près d’un collège à Conflans-Sainte-Honorine est bel et bien l’auteur du message de...

Après l’attentat de Nice, les musulmans solidaires avec l’église catholique

Les gestes de solidarité des musulmans de France se multiplient envers les catholiques, depuis l’attentat survenu à Nice jeudi 29 octobre. Des responsables musulmans de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Le Maroc fête l’Aïd al fitr le samedi 22 avril

Le Maroc célèbre l’Aïd Al Fitr ce samedi 22 avril, selon une annonce faite par le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le ministère a confirmé la date après avoir procédé à une observation minutieuse du croissant lunaire, comme l’exige la...

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...

Le Conseil d’État annule un arrêté anti-burkini

La ville de Mandelieu-la-Napoule, dans le sud-est de la France, a vu son arrêté interdisant le port du burkini sur ses plages suspendu par le Conseil d’État. Cet arrêté, réitéré chaque année depuis 2012, avait été contesté en justice par la Ligue des...

Voici la date de début du mois de ramadan au Maroc

L’expert marocain en astronomie, Hicham El Aissaoui vient de prédire la date de début du mois de ramadan 2023 au Maroc.

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.

Chaâbane débute ce dimanche, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1445 de l’hégire correspond au dimanche 11 février 2024, a annoncé samedi le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Quand débute le ramadan au Maroc ?

La date de début du ramadan au Maroc est désormais connue. Le Centre international d’astronomie vient de faire ses prédictions.

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.