Chat tué par un chien à Fès : des ennuis judiciaires pour la maîtresse

9 mai 2022 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Des ennuis judiciaires en perspective pour la maîtresse ayant incité son chien à tuer un chaton à Fès. Youssef Rharib, unique avocat spécialisé en matière des droits des animaux au Maroc, a décidé de déposer une plainte contre elle.

Dans une déclaration à SNRTnews, Youssef Rharib a fait part de sa décision de déposer une plainte et de poursuivre en justice la jeune femme qui a publié une vidéo dans laquelle on la voit inciter son chien à tuer le chaton à Fès. Cette décision fait suite aux nombreux appels des internautes marocains à poursuivre cette femme. Mais rétablir la justice dans un cas pareil signifie remédier à un « handicap légal », note l’avocat. « À part quelques articles, qui en fait protègent les intérêts des humains “propriétaires”, il n’existe réellement pas des lois ou de châtiments adaptés à la gravité des crimes commis chaque jour contre des êtres impuissants », fait-il valoir.

À lire : Chat tué par un chien à Fès : la maîtresse risque gros

Fort de ce manque juridique, Youssef Rharib mise sur une étude approfondie. Il est question de cerner les circonstances de l’incident, d’identifier la meilleure façon d’approcher le dossier et d’élaborer un montage légal de l’affaire. « Le dossier consiste en deux volets », explique-t-il. « Nous trouvons dans le Code pénal les articles de 601 à 603. Ils prévoient une amende maximale de 1 200 DH », précise-t-il. Selon l’homme de droit, les dispositions de ces articles restent toutefois limitées, car elles protègent les intérêts des humains propriétaires, et ne font pas de l’animal le sujet qui est véritablement protégé.

À lire : Maroc : vague d’indignations contre un cas de maltraitance animale

Youssef Rharib entend alors baser son argumentaire sur la déclaration internationale des droits de l’animal. L’article 3 de ce texte stipule dans son troisième article qu’«  aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels » et que « l’animal mort doit être traité avec décence », ainsi que sur d’autres volets juridiques.

Sujets associés : Fès - Droits et Justice - Plainte

Aller plus loin

Maroc : un homme coupe les jambes d’un âne

Un individu a coupé les jambes d’un âne avec un couteau à Kalaat Sraghna, au niveau du douar Ait Ben Hamd, dans la commune d’Ouled Bouali. Les autorités judiciaires de la ville...

Une étude révèle des spécificités sur le chat des sables du Maroc

Des chercheurs ont découvert de nouveaux comportements chez le chat des sables ou du désert marocain qui le distinguent des autres félins.

Bloquée au Maroc, une Française condamnée pour avoir abandonné des animaux

Le tribunal correctionnel de Périgueux (France) a condamné ce vendredi une femme de 32 ans, à trois mois de prison avec sursis, pour abandon d’animaux domestiques et mauvais...

Maroc : vague d’indignations contre un cas de maltraitance animale

Une vidéo d’un cas de maltraitance d’animaux montrant une jeune fille qui a encouragé son chien à tuer un chaton, suscite l’indignation des internautes marocains. Ces derniers...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.