Rabat : les parents d’élèves des écoles françaises en colère

21 mai 2021 - 17h30 - France - Ecrit par : S.A

Les parents d’élèves non français du pôle Rabat-Kénitra désapprouvent la décision de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) relative à l’annulation de la « commission d’exonération » de ce pôle en cette période difficile de Covid-19. Ils ont adressé une correspondance au directeur de l’AEFE, Olivier Brochet dans l’espoir que cette décision sera rapportée.

Une décision de retrait de soutien en pleine crise sanitaire. Dans un communiqué conjoint, l’association des parents indépendants (API) et l’Association de parents d’élèves de Kénitra (APEK) font savoir que les parents ont, à leur grande surprise, reçu cette semaine un courrier de la cheffe du pôle, Najat Delpeyrat, pour les informer que la réglementation impose la mise en œuvre d’une caisse de solidarité aux fins de pallier les difficultés financières que peuvent rencontrer certaines familles en cette période de pandémie et de crise économique et que le financement de cette caisse repose sur la contribution volontaire de chacun.

Les deux associations dénoncent une « décision unilatérale ». Selon elles, cette décision est « une nouvelle expression de l’abandon par l’AEFE des derniers mécanismes qui distinguent encore les valeurs de solidarité prônées par l’école de la République au profit des approches mercantiles ». Dans une correspondance adressée au directeur de l’AEFE, les présidents de l’API et de l’APEK, Abdelahad Lamrani et Tawfik Fechtali ont fait part de la déception des parents d’élèves. Ces derniers fustigent le fait que « de tels agissements puissent se faire malgré cette période de restrictions qui se poursuit, d’autant plus qu’ils ont eux-mêmes fait beaucoup d’efforts, pour continuer d’honorer leurs engagements, soutenant ainsi le réseau tout au long de la période Covid ».

« Nous sommes tenus de vous informer que les parents sont fatigués d’être traités de la sorte, subissant les démarches descendantes habituelles à l’AEFE, ignorant ses engagements de concertation, et faisant fi des recommandations gouvernementales quant à la nécessité de consolider et développer le réseau avec une implication des parents », poursuivent-ils, faisant savoir que les parents d’élèves « sont choqués de voir apparaître à un moment particulièrement inopportun une décision de retrait de soutien, en pleine crise sanitaire, alors que certaines familles se retrouvent en difficulté financière ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Rabat - Education - Kenitra

Aller plus loin

Maroc : les parents d’élèves appellent à un enseignement de qualité

La Fédération nationale des associations des parents d’élèves du Maroc (FNAPEM) salue les efforts du ministère de l’Éducation nationale en vue de la reprise des cours après le...

Espagne : les parents d’élèves marocains se plaignent du Halal servi à l’école

L’Association marocaine pour les droits des immigrés (AMDI) médiatise la cause des parents d’élèves musulmans en Espagne qui dénoncent la mauvaise qualité des menus halal dans...

Maroc : voici le calendrier scolaire 2022-2023 des écoles françaises

Pour les écoles et lycées du réseau d’enseignement français au Maroc, c’est déjà la fin des vacances. Selon le calendrier scolaire 2022-2023, les cours reprennent le 2 septembre...

Maroc : résultats médiocres, élèves sous la menace d’une expulsion

Au Maroc, près de 4 000 écoliers et élèves quitteront le système scolaire dans la région de Marrakech-Safi dès la fin de l’année scolaire 2020-2021. En cause, les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.