Le combat de Laïla pour obtenir la nationalité française

14 avril 2022 - 22h40 - France - Ecrit par : G.A

Née à Maubeuge en France, il y a plus de 40 ans, Laïla a du mal à obtenir la nationalité française. Pourtant, la jeune femme marocaine semble remplir toutes les conditions pour obtenir le précieux document qui ferait d’elle une citoyenne française à part entière.

Les parents de Laïla ont quitté le Maroc pour la France, plus précisément à Sambre-Avesnois, bien avant qu’elle ne vienne au monde en 1980 à Maubeuge, relate la Voix du Nord. Depuis sa naissance, elle n’a connu que la France et y a fait ses études. À 18 ans, elle obtient une carte de résident. « On ne m’a rien proposé d’autre, j’étais jeune et je pensais que c’était normal », regrette-t-elle aujourd’hui devant les difficultés qu’elle traverse pour avoir la nationalité française sans y parvenir.

À lire : Il se voit refuser la nationalité française parce qu’il travaille trop

Tous les 10 ans, Laïla doit refaire une demande de renouvellement de sa carte de résident, et débourser 300 euros. Chez elle, tout le monde possède la nationalité française, pendant qu’elle doit se contenter de la carte de résident. « À chaque fois, je me retrouve à la sous-préfecture avec tous ces gens qui viennent d’arriver en France. Ce n’est pas logique ».

À lire : Un Marocain vient de perdre la nationalité française

En plus de la nationalité française, il est parfois difficile à Laïla d’avoir certains documents. Par exemple, en 2019, elle a décidé de s’inscrire pour une formation dans le domaine de la sécurité. Il lui fallait un casier judiciaire qu’elle fournit, mais qui a été rejeté. « Ils m’ont dit qu’ils voulaient un casier judiciaire du Maroc – pays où je n’ai mis les pieds qu’une fois dans ma vie, pour passer des vacances. Est-ce qu’il y a un Maubeuge au Maroc ? À un moment donné, j’ai commencé à douter de moi-même », confie Laïla.

À lire : Les Marocains, premiers bénéficiaires de la nationalité française

La jeune femme en venait à se demander si elle était vraiment née en France. Elle ne comprend pas avec quel acharnement, le système qui devrait la protéger et lui offrir la sécurité nécessaire, est en train de la malmener. Pourtant elle est née en France, y a grandi et y a fondé son foyer. « Je pense qu’ils ne prennent pas assez de temps pour étudier mon dossier » regrette-t-elle.

À lire : La nationalité française refusée à Gims pour ses propos sur l’islam

Aujourd’hui âgée de 41 ans, elle voit sa vie défiler sans elle, bien qu’elle voudrait faire des études, suivre des formations pour travailler ailleurs que dans un fast-food, avoir le droit de vote… Un luxe qu’elle ne peut s’offrir sans la nationalité française.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Femme marocaine - Plainte

Aller plus loin

Une Marocaine en burqa se voit refuser la nationalité française

La burqa est-elle incompatible avec la nationalité française ? Une Marocaine de 32 ans, mariée à un Français et mère de trois enfants nés en France, vient de se voir refuser la...

Il se voit refuser la nationalité française parce qu’il travaille trop

La France a refusé d’accorder la nationalité à un Algérien de 36 ans arrivé dans le pays en 2007 pour faire ses études. Raison invoquée : dépassement du temps de travail légal.

Loutfi Chakhs a obtenu la nationalité française

Né en France de parents marocains, Loutfi Chakhs n’a jamais réussi à avoir la nationalité française. Après avoir bataillé pendant de nombreuses années avec l’administration, il...

Né en France, on lui refuse la nationalité

Alors qu’il est né en France, un élève dont les parents sont Marocains n’a toujours pas de papiers d’identité. Une situation qui pourrait l’empêcher de passer le baccalauréat à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.