Comment Jacques Bouthier a réduit en esclavage une mineure marocaine

10 août 2023 - 19h00 - Monde - Ecrit par : A.P

Accusé de viols sur mineures dont des Marocaines, Jacques Bouthier a été mis en examen et placé en détention fin mai. Le PDG d’Assu2000 (devenu Vilavi), un grand groupe de courtage en assurances, aurait tenté d’étouffer l’affaire en cherchant à exfiltrer hors de France une victime d’origine marocaine qui détient une vidéo compromettante. Il vient de démissionner de la tête du groupe.

Tout est parti d’une plainte déposée par Kenza (nom d’emprunt) à la Brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire de Paris, relate Le Parisien. La jeune fille d’origine marocaine, qui avait 16 ans au moment des faits, a confié aux enquêteurs le 15 mars dernier avoir été « livrée » à Jacques Bouthier par sa cousine Leïla R., chez qui elle vivait à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). La victime précise avoir eu ses premiers rapports sexuels avec le PDG d’Assu2000 début 2016, ajoutant qu’après chaque rencontre avec le septuagénaire, sa cousine percevait 200 euros.

À lire : Affaire Jacques Bouthier : la justice marocaine saisit la justice française

Mais à l’été 2017, Jacques Bouthier aurait décidé de payer directement cette somme à Kenza et de lui offrir un appartement en région parisienne où il venait assouvir ses penchants pédophiles à ses heures perdues. Une fois devenue majeure en 2018, Jacques Bouthier l’aurait forcée à fréquenter des clubs échangistes et à tenir des rapports sexuels avec plusieurs hommes qui payaient chacun 100 euros. Le PDG d’Assu2000 aurait également eu des rapports avec la jeune femme à plusieurs reprises, dans son bureau ou dans la salle de sport de l’entreprise, et la payait pour ce service, a-t-elle avoué aux enquêteurs.

Kenza dit avoir été pendant plusieurs années l’esclave sexuelle du septuagénaire qui a fini par se lasser d’elle en 2022, alors qu’elle avait 22 ans. Elle précise qu’elle avait aussi succédé à une autre Marocaine qui avait subi les mêmes horreurs de la part de Jacques Bouthier. Par l’entremise de Kenza, le PDG rencontre le 11 mars une collégienne de 14 ans de nationalité roumaine. Toute la scène a été filmée par Kenza qui avait tendu un piège à Bouthier. Elle aurait ensuite utilisé cette vidéo compromettante pour faire chanter le PDG d’Assu2000, mais ce dernier n’aurait pas été inquiété par ses menaces.

À lire : Maroc : du nouveau dans l’affaire Jacques Bouthier

C’est alors que la jeune femme a décidé de le dénoncer au commissariat du XIXᵉ arrondissement. Soupçonné de viol, Jacques Bouthier a été placé sur écoute, ce qui a permis aux enquêteurs de découvrir qu’il a sollicité les services de Gabriel R., 49, ans, directeur d’une entreprise de BTP prestataire chez Assu2000, pour l’aider à régler ce problème. Ce dernier fait appel à Christian G., 59 ans, un ancien agent du GIGN qui a perçu 35 000 euros pour retrouver Kenza, récupérer la vidéo et l’exfiltrer hors de France.

Jacques Bouthier a été interpelé le 17 mai à son domicile de Charente-Maritime où des fichiers pédopornographiques ont été retrouvés. Placé en garde à vue, le septuagénaire a nié les faits, avant de passer aux aveux, admettant avoir eu des rapports sexuels réguliers avec les victimes et tenté d’étouffer l’affaire. Le PDG a été mis en examen fin mai pour « viols et agression sexuelle sur mineures », « traite des êtres humains », « recours à la prostitution d’une mineure » et « association de malfaiteurs criminelle ». L’enquête suit son cours. Mardi dernier, Assu2000 (désormais Vilavi) a annoncé la démission de Jacques Bouthier.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Sexualité

Aller plus loin

Jacques Bouthier : « un cinglé, un détraqué sexuel » selon sa femme

Les témoignages accablants se succèdent contre Jacques Bouthier, l’ex-patron du groupe de courtage en assurances Assu 2000, mis en examen pour traite d’êtres humains et viols...

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du...

Affaire Jacques Bouthier : la justice marocaine saisit la justice française

L’affaire Jacques Bouthier est loin de connaître son épilogue. La justice marocaine a saisi la justice française aux fins d’obtenir l’audition de l’ex-PDG du groupe de courtage...

Affaire Jacques Bouthier : une Marocaine porte plainte pour harcèlement sexuel

Ça se complique davantage pour l’ex-PDG d’Assu 2000, déjà dans le collimateur de la justice pour une série de plaintes pour harcèlement sexuel, traite d’êtres humains et viols...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.