Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

9 janvier 2023 - 22h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à l’annulation des résultats de ce concours et à l’organisation d’un nouveau.

Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion d’urgence tenue à ce sujet, l’Association des barreaux du Maroc (ABM) a dénoncé les « réactions injustifiées qui dépassent les limites du droit légitime de manifester, et s’écartent des voies légales et administratives possibles, pour nuire, abuser et diffamer les candidats(es) ayant réussi et leurs familles, ainsi que les institutions concernées encadrant l’examen ». Pour l’Association, il n’est pas bienséant « de profiter de l’examen d’aptitude à l’exercice de la profession d’avocat pour relancer la campagne de ciblage de la profession d’avocat et la poursuite des accusations gratuites contre les institutions professionnelles tout en remettant en cause leur crédibilité ».

À lire : Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Au terme d’une réunion d’urgence tenue samedi, le Syndicat national de la justice, pour sa part, a souligné qu’« il n’y a pas eu de fuite ou de fraude pendant la période de l’examen écrit », répondant aux « accusations » du Syndicat des avocats du Maroc selon lesquelles les questions de l’examen avaient fuité et des « opérations frauduleuses » ont été enregistrées dans certains centres d’examen. Selon le syndicat national de la justice, affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT), le faible taux de réussite à cet examen (2 % des candidats inscrits) est la preuve « qu’il n’y a pas de fuite ni de triche », félicitant par ailleurs les employés du ministère de la Justice ayant pris part à la surveillance des candidats, qu’il considère comme « des acteurs les plus honorables et les plus propres de l’établissement judiciaire ».

À lire : Abdellatif Ouahbi fait le ménage au sein de son ministère

« Ce qui circule dans les médias concernant la fuite de l’examen écrit d’accès à la profession d’avocat, et les opérations de fraude qu’ont connu certains centres d’examen, est documenté, publié et largement diffusé sur les réseaux sociaux », explique l’Ordre des avocats du Maroc, appelant à l’annulation des résultats de l’examen et l’organisation d’un nouveau concours. Une position critiquée par le Syndicat national de la justice qui a accusé l’Ordre de faire des magistrats « un bouc émissaire pour sortir de la crise de l’examen », de même que ceux qui condamnent « les employés de la justice de fuites et de facilitation de fraude » dans cet examen.

À l’évidence, le corps des avocats est divisé sur le sujet. La version du ministre Abdellatif Ouahbi sur ce scandale concernant les résultats de l’examen écrit d’accès à la profession d’avocat est aussi très attendue.

Sujets associés : Droits et Justice - Abdellatif Ouahbi

Aller plus loin

Abdellatif Ouahbi fait le ménage au sein de son ministère

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi s’apprêterait à révoquer plusieurs responsables, pour la plupart affiliés au PJD, en fonction dans son département. Ils sont...

Maroc : 79 avocats sanctionnés en 2021

Dans son rapport annuel sur le fonctionnement et la mise en œuvre de la politique pénale, le ministère public attire l’attention sur la non-application des sanctions prononcées...

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Réaction d’Abdellatif Ouahbi sur un éventuel remaniement du gouvernement

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi, également secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), serait l’un des ministres figurant sur la liste des départs au cas où un réajustement de l’équipe gouvernementale se confirmait.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.