Un Marocain porte plainte contre le gouvernement coréen

20 juin 2022 - 19h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Le ressortissant marocain enfermé pieds et poings liés dans la petite cellule d’un centre de détention pour migrants en Corée du Sud, et dont l’histoire est devenue virale sur les réseaux sociaux exige réparation.

L’ex-détenu marocain et un groupe d’avocats et de militants des droits humains ont profité de ce lundi 20 juin marquant la journée mondiale des réfugiés, pour condamner la législation du ministère de la Justice sur la détention des immigrants sans papiers. Il se souvient encore des conditions de détention humiliantes dans lesquelles il vivait au centre de détention de Hwaseong pour les migrants en situation irrégulière. « Je me souviens de tout. […] Je n’oublierai jamais ce qui s’est passé », a déclaré le ressortissant marocain, qui se présente par l’initiale “M”.

À lire : La Corée du Sud réagit à l’affaire du Marocain maltraité

Arrivé en Corée du Sud en 2017, le trentenaire avait demandé l’asile avant de faire l’objet d’un ordre d’expulsion. En septembre 2021, son avocat Hahn-Jae Lee, qui fait partie de “Duroo”, une équipe juridique d’intérêt public qui assistent les migrants en Corée du Sud, a révélé une vidéo tournée entre mai et juin dans laquelle on voit le jeune Marocain enfermé dans des conditions de détention inhumaines. Quelques mois après, l’ex-détenu dit souffrir d’un trouble de stress post-traumatique et de problèmes physiques aux mains et aux dents à cause de la violence, rapporte The Korea Times.

À lire : Un Marocain maltraité dans un centre pour migrant en Corée du Sud

Lors de la conférence de presse, le ressortissant marocain a demandé au ministère coréen de la Justice de l’indemniser pour la détresse mentale et les dommages physiques subis et de lui fournir des services de réadaptation pour « surmonter les conséquences physiques, psychologiques et sociales de la torture », comme le prévoit la Convention internationale sur les réfugiés. Il a également exigé que le ministère rende publiques les conclusions des enquêtes sur son cas et punisse les fonctionnaires responsables de la violation de ses droits. Il a affirmé avoir été « torturé comme un esclave dans un “dokbang” (cellule d’isolement en coréen) enchaîné » par plus de 10 fonctionnaires alors qu’il était détenu au centre de détention pour migrants.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corée du Sud - Immigration - Violences et agressions

Aller plus loin

Corée du Sud : un Marocain victime de mauvais traitements dans un centre de migrants

Un Marocain a bien été victime de traitements inhumains et dégradants dans un centre de détention pour migrants en Corée du Sud. Le ministère de la Justice du pays a confirmé ce...

Un Marocain maltraité dans un centre pour migrant en Corée du Sud

L’affaire fait grand bruit et suscite beaucoup d’émoi dans le rang des défenseurs des droits des migrants en Corée du Sud. Celle d’un Marocain maltraité et subissant des...

Corée du Sud : conditions inhumaines d’un détenu marocain, les explications des autorités

Les autorités coréennes ont tenté de justifier le traitement dégradant infligé à un Marocain retenu dans un centre de détention pour migrants de Hwaseong à la suite de la...

La Corée du Sud réagit à l’affaire du Marocain maltraité

Les autorités diplomatiques coréennes ont réagi suite à l’affaire du jeune Marocain qui aurait subi des traitements inhumains et dégradants dans un centre de détention pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.