Couscous et pâtes : l’addition salée pour les Marocains

3 septembre 2023 - 19h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La baisse de la production du blé dur au Canada, principal fournisseur mondial actuellement en proie au changement climatique, a entraîné la hausse des prix de cette matière première au Maroc, où elle sert à la fabrication du couscous et de semoule.

Dans un communiqué, Abdul Qadir Al-Alawi, président de la Fédération nationale des moulins marocains fait savoir que le prix du blé dur (utilisé pour extraire la farine de semoule, qui sert à la fabrication des pâtes et du couscous) a fortement augmenté au cours des derniers mois. Ainsi, les marchés mondiaux connaissent une nette augmentation des prix du blé dur, qui se situent actuellement autour de 600 dirhams (54,8 euros) alors que le marché du blé traditionnel est très stable, le prix du quintal atteignant un maximum de 300 dirhams (27,4 euros). À l’origine de cette hausse, la baisse considérable de la production du blé dur au Canada-surtout dans les provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan représentant 78 % de la production du pays-, principal fournisseur mondial.

À lire : Blé français ou russe : le Maroc hésite

Cette baisse de production a également fait grimper les prix du blé dur au Maroc, un pays qui ne peut pas se passer de cette matière première produite au Canada. Il n’est pas possible de remplacer les importations de blé dur canadien par d’autres fournisseurs, en raison de la forte dépendance des consommateurs marocains à l’égard de ce produit, explique Abdul Qadir Al-Alawi. Au Maroc, le blé dur canadien est transformé en semoule et en pâtes de couscous. Ces dernières sont ensuite exportées vers plusieurs pays européens, où elles sont très prisées. L’année dernière, le Maroc avait déjà souffert des prix record pour le blé traditionnel à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a mis à mal le commerce mondial du blé. L’autre problème auquel est confronté le royaume, c’est que les stocks nationaux de blé dur ne durent que deux à trois mois au maximum.

À lire :Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Touchée en 2022 par l’une des pires sécheresses depuis des décennies en 2022, la production céréalière au Maroc a chuté de 60 %, passant de 10,4 millions de tonnes en 2021 à seulement 3,3 millions de tonnes. Cette année, le Maroc devrait produire environ 3 millions de tonnes de blé tendre, 1 million de tonnes de blé dur et 1,3 million de tonnes d’orge. En attendant cette récolte, le Maroc devrait importer 2,5 millions de tonnes de blé tendre en ce mois de septembre, mais il aura besoin de 2,5 millions de tonnes supplémentaires d’ici fin juin 2024, a précisé à Reuters Omar Yacoubi, président de la Fédération marocaine des commerçants de céréales (FNCL).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Canada - Agriculture - Alimentation

Aller plus loin

Maroc : la fin du pain à 1,20 dirham ?

Alors que les prix du blé connaissent une augmentation, de nombreux Marocains s’inquiètent d’une éventuelle flambée des prix du pain, notamment l’emblématique pain à 1dh20. De...

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des...

Blé français ou russe : le Maroc hésite

La France veut récupérer des marchés d’export en blé en renforçant ses exportations vers le Maroc et l’Algérie qui se tournent de plus en plus vers la Russie pour s’approvisionner.

Ces articles devraient vous intéresser :

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Exportations d’avocats : le Maroc va établir un nouveau record

La sécheresse qui touche le Maroc ne produira pas un impact négatif sur ses exportations d’avocats. Le royaume est en passe d’établir un nouveau record.

Les engrais du Maroc, à teneur élevée en cadmium, interdits dans l’UE

Les engrais phosphatés du Maroc et d’autres pays contenant plus de 60 milligrammes de cadmium par kilo ne sont plus autorisés sur le marché de l’Union européenne, selon une décision communautaire récemment entrée en vigueur.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.