Blé français ou russe : le Maroc hésite

25 août 2023 - 16h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La France veut récupérer des marchés d’export en blé en renforçant ses exportations vers le Maroc et l’Algérie qui se tournent de plus en plus vers la Russie pour s’approvisionner.

La période de récoltes compliquée par de fortes pluies dans des régions comme Beauce, Grand Est et Centre n’a pas impacté négativement la production française de blé. Cette production devrait atteindre 34,8 millions de tonnes cette année, soit une hausse d’environ 3,3 % par rapport à 2022, fait savoir La Croix. Selon Alexandre Marie, analyste au cabinet de conseils Agritel, spécialiste dans les marchés agricoles, cela assure à la France de répondre à sa demande domestique de blé tendre, toujours en baisse en raison des prix à la consommation qui, eux, sont toujours hauts. Une partie de cette production (17 millions de tonnes) sera, elle, réservée à l’export.

À lire : Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Autre point positif : le prix du blé français et celui du blé de la mer Noire tournaient autour de 245 dollars (226 €) la tonne en début de semaine. De quoi rendre à nouveau le blé français compétitif. « Cet écart, proche de zéro, s’explique aussi par une hausse du prix russe due à des tensions logistiques et à l’insécurité maritime en mer Noire, avance Alexandre Marie. Cela permet à la France de se relancer à la conquête de ses marchés traditionnels. » Notamment le Maroc et l’Algérie. Ces deux premiers acheteurs hors UE de la France ont récemment augmenté leur approvisionnement de blé en provenance de la Russie.

À lire :Blé tendre : le Maroc, 3ᵉ client hors UE de la France en mai

Cette année, la Russie a produit 87,5 millions de tonnes de blé, soit une diminution de 10 millions de tonnes de la récolte. Malgré cette baisse, elle conserve non seulement sa première place sur le marché mondial, mais elle a également augmenté ses exportations. Celles-ci devraient atteindre 49 millions de tonnes en 2023, soit 23 % du marché mondial. « Le monde a encore besoin de la production russe », rappelle l’expert d’Agritel.

Sujets associés : France - Russie - Algérie - Exportations

Aller plus loin

Le Maroc maintient sa confiance au blé français

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour le blé tendre russe. La Russie demeure son troisième fournisseur.

Le Maroc, premier importateur de blé tendre français

En avril 2021, le Maroc a importé la plus grosse part de blé tendre français, faisant de lui, le premier client hors Union européenne de l’hexagone. C’est environ un quart de...

Blé tendre : le Maroc, 3ᵉ client hors UE de la France en mai

Le mois dernier, le Maroc a importé de France 146 000 tonnes de blé tendre, devenant ainsi l’un des principaux clients hors Union européenne (UE) de l’hexagone.

La France accélère ses exportations de blé vers le Maroc

Les exportations de blé français ont atteint un niveau record au 3ᵉ trimestre. Le Maroc, l’un de ses clients traditionnels, en a reçu davantage.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 100 milliards de dirhams d’exportations automobiles cette année

Le secteur automobile marocain devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires record de 100 milliards de dirhams en termes d’exportation de véhicules, a annoncé mardi Ryad Mezzour, le ministre de l’Industrie et du commerce.

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Maroc : record des exportations automobiles

L’industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l’export. À fin septembre dernier, les exportations se sont établies à 77,68 milliards de dirhams, soit leur plus haut niveau durant la même période des cinq dernières années.

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Le Maroc veut exporter de l’hydrogène vert vers l’UE d’ici 2050

Le Maroc veut continuer à produire davantage de l’hydrogène vert pour poursuivre sa transition énergétique et devenir à terme un grand exportateur du combustible vers l’UE.

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Charbon encombrant : l’Europe se décharge sur le Maroc

Confrontée à une crise énergétique l’année dernière, l’Europe avait renoué avec l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, avec la diminution de la demande en énergie fossile, le vieux continent opte pour l’exportation de grandes quantités de charbon, en...