Blé français ou russe : le Maroc hésite

25 août 2023 - 16h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La France veut récupérer des marchés d’export en blé en renforçant ses exportations vers le Maroc et l’Algérie qui se tournent de plus en plus vers la Russie pour s’approvisionner.

La période de récoltes compliquée par de fortes pluies dans des régions comme Beauce, Grand Est et Centre n’a pas impacté négativement la production française de blé. Cette production devrait atteindre 34,8 millions de tonnes cette année, soit une hausse d’environ 3,3 % par rapport à 2022, fait savoir La Croix. Selon Alexandre Marie, analyste au cabinet de conseils Agritel, spécialiste dans les marchés agricoles, cela assure à la France de répondre à sa demande domestique de blé tendre, toujours en baisse en raison des prix à la consommation qui, eux, sont toujours hauts. Une partie de cette production (17 millions de tonnes) sera, elle, réservée à l’export.

À lire : Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Autre point positif : le prix du blé français et celui du blé de la mer Noire tournaient autour de 245 dollars (226 €) la tonne en début de semaine. De quoi rendre à nouveau le blé français compétitif. « Cet écart, proche de zéro, s’explique aussi par une hausse du prix russe due à des tensions logistiques et à l’insécurité maritime en mer Noire, avance Alexandre Marie. Cela permet à la France de se relancer à la conquête de ses marchés traditionnels. » Notamment le Maroc et l’Algérie. Ces deux premiers acheteurs hors UE de la France ont récemment augmenté leur approvisionnement de blé en provenance de la Russie.

À lire :Blé tendre : le Maroc, 3ᵉ client hors UE de la France en mai

Cette année, la Russie a produit 87,5 millions de tonnes de blé, soit une diminution de 10 millions de tonnes de la récolte. Malgré cette baisse, elle conserve non seulement sa première place sur le marché mondial, mais elle a également augmenté ses exportations. Celles-ci devraient atteindre 49 millions de tonnes en 2023, soit 23 % du marché mondial. « Le monde a encore besoin de la production russe », rappelle l’expert d’Agritel.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Russie - Algérie - Exportations

Aller plus loin

Le Maroc, premier importateur de blé tendre français

En avril 2021, le Maroc a importé la plus grosse part de blé tendre français, faisant de lui, le premier client hors Union européenne de l’hexagone. C’est environ un quart de...

Blé tendre : le Maroc, 3ᵉ client hors UE de la France en mai

Le mois dernier, le Maroc a importé de France 146 000 tonnes de blé tendre, devenant ainsi l’un des principaux clients hors Union européenne (UE) de l’hexagone.

La France accélère ses exportations de blé vers le Maroc

Les exportations de blé français ont atteint un niveau record au 3ᵉ trimestre. Le Maroc, l’un de ses clients traditionnels, en a reçu davantage.

Le Maroc maintient sa confiance au blé français

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour le blé tendre russe. La Russie demeure son troisième fournisseur.

Ces articles devraient vous intéresser :

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.

Le Maroc peut-il résoudre la crise énergétique de l’Europe ?

Le Maroc ambitionne de produire 52 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 pour en exporter une grande partie vers l’Europe par le biais de câbles sous-marins. Va-t-il prioriser l’exportation au détriment de la satisfaction de...

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.