L’Europe a « calmé les ardeurs du Maroc »

20 septembre 2021 - 07h40 - Ecrit par : A.P

Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a indiqué que la crise migratoire de Ceuta est une « attaque du Maroc contre la frontière extérieure de l’Union européenne. Une attaque organisée, préméditée et hybride » dont les conséquences dépassent le cadre bilatéral des relations avec l’Espagne, ce qui a nécessité une réaction forte de l’Europe.

« Je crois que j’ai été le premier à dire clairement qu’il s’agissait d’une attaque contre la frontière extérieure de l’Union européenne », a rappelé Schinas cette semaine lors d’une conférence de presse avec des journalistes espagnols à Strasbourg. Pour le vice-président de la Commission européenne, « la forte réaction de l’UE a contribué à calmer les ardeurs du Maroc » et à mettre fin rapidement à la crise migratoire de Ceuta, rapporte ABC.

À lire : L’Europe met à mal ses relations avec le Maroc

Mais l’épisode n’a pas été facile pour Bruxelles, fait savoir Schinas. « Ce furent des jours très difficiles, en ce sens que cela s’est produit très soudainement. Il n’y avait pas de signes ou de mouvements antérieurs, ce qui montre qu’il était entièrement conçu pour être une attaque frontale », explique-t-il, évitant de se prononcer sur les raisons qui ont poussé Rabat à laisser passer des centaines de migrants à Ceuta. Cette question a toujours été secondaire pour Bruxelles parce que rien ne justifie une attaque de cette ampleur, précise-t-il. « Ce que nous avons vu, c’est une attaque contre la frontière extérieure de l’Union européenne. Une attaque organisée, préméditée et hybride », a ajouté Schinas.

À lire : « La collaboration entre services sécuritaires du Maroc et l’Europe est exemplaire »

« Le Maroc, comme tous nos voisins, doit se rendre compte que personne ne peut faire chanter l’Europe, que la migration fait partie des relations diplomatiques. Mieux, Rabat est l’un des grands bénéficiaires de l’aide européenne », a en outre souligné Schinas. Début juin, la Chambre européenne a tenu le Maroc responsable de la crise de Ceuta et condamné Rabat pour avoir instrumentalisé des migrants, des mineurs pour la plupart, « à des fins politiques ». La résolution avait été adoptée à une large majorité de 397 voix pour, 85 contre et 196 abstentions. « Le message politique était clair. Le Maroc avait tout à gagner à travailler avec l’Europe que contre l’Europe », a renchéri Schinas.

Tags : Immigration clandestine - Union européenne - Ceuta (Sebta)

Aller plus loin

« La collaboration entre services sécuritaires du Maroc et l’Europe est exemplaire »

Le Maroc a aidé les services de sécurité grecs à arrêter un dangereux terroriste d’origine marocaine. Réagissant à cet exploit, Jean-Marie Heydt, professeur et membre de...

L’Europe veut sanctionner le Maroc pour « instrumentalisation » de migrants

Le Conseil de l’Union européenne donnera jeudi un signal fort aux pays tiers comme le Maroc ou la Biélorussie, qui « instrumentalisent » les migrants à des fins politiques et pour...

L’Europe pourrait voter une résolution condamnant le Maroc

Le groupe politique espagnol Ciudadanos (C’s) demande au parlement européen de voter une résolution pour sanctionner le Maroc pour violation des droits des mineurs dans la crise...

Les sanctions de l’Europe contre le Maroc renforcent la crise avec l’Espagne

Les sanctions de l’Union européenne condamnant le Maroc qui aurait laissé entrer en masse des migrants à Ceuta les 17 et 18 mai, font craindre une réaction du royaume et ne...

Nous vous recommandons

Sahara : Pedro Sanchez admet « des erreurs »

Occupé à prendre part au Conseil européen sur la crise énergétique qui s’est achevé vendredi à Bruxelles, Pedro Sanchez n’a pas eu le temps de gérer les tensions au sein de la coalition gouvernementale après la décision du gouvernement de soutenir le plan...

Importante découverte de cuivre et d’argent au Maroc

La société britannique Altus a découvert du cuivre et de l’argent à haute teneur sur ses sites. C’est ce qui ressort d’une exploration de reconnaissance dans ses projets au Maroc.

Un ferry pour rapatrier les Français bloqués au Maroc

Les Français, citoyens européens et autres résidents permanents en France pourront emprunter un ferry spécial, qui reliera Tanger Med à Marseille. Le départ est prévu le samedi 12 mars prochain.

Royaume-Uni : "L’islamophobie est transmise d’en haut"

La députée musulmane Zarah Sultana (Grande-Bretagne) affirme que l’islamophobie est transmise d’en haut. Elle affiche d’ailleurs sa détermination à la combattre.

Espagne : saisie d’un narco-drone dédié au transport du cannabis marocain

Un narco-drone chargé de transporter du cannabis depuis le Rif marocain jusqu’aux plages andalouses a été saisi en Andalousie. En tout, une dizaine de personnes arrêtées à Orléans et en Espagne.

Un poisson géant découvert dans le nord du Maroc (vidéo)

Un groupe de pêcheurs a pris un poisson-lune aux dimensions presque préhistoriques sur les côtes de Sebta, au large du Maroc, le 3 octobre dernier. Une découverte pour le moins incroyable.

L’Espagne maintient fermées les frontières de Sebta et Melilla

Les frontières de Ceuta et Melilla avec le Maroc resteront fermées jusqu’au 31 octobre « sous réserve d’une éventuelle modification », selon une ordonnance du ministère de l’Intérieur espagnol publiée samedi au Journal officiel de l’État...

Fouzi Lekjaâ revient sur la décision d’Abdessamad Ezzalzouli

Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), est revenu sur la décision du joueur marocain Abdessamad Ezzalzouli de ne pas rejoindre l’effectif des Lions de l’Atlas pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2022). L’attaquant...

Affaire de la fille aux tatouages : de lourdes peines de prison prononcées

La Cour d’appel de Beni Mellal a condamné, mardi 21 septembre, à différentes peines de prison 14 prévenus poursuivis pour des chefs d’inculpation de « viol, enlèvement, séquestration, tatouage et traite humaine » dans le cadre de l’affaire de Khadija O. alias...

L’Espagne déçue, Abdessamad Ezzalzouli choisit le Maroc

Malgré la pression de la fédération espagnole, Abdessamad Ezzalzouli opte pour le Maroc. Le joueur a répondu implicitement à toutes les interrogations suscitées ces derniers jours en modifiant son profil...