Découverte de gaz au Maroc : « Il faut rester prudent »

16 janvier 2022 - 08h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Taoufik Laâbi, consultant en énergie et ancien directeur de la stratégie et de la planification à l’ONEE décrypte la découverte d’un nouveau réservoir de gaz au puits Anchois-2 au large de Larache annoncée par la société britannique, Chariot Oil & Gas.

« Il est encore prématuré de donner une estimation précise du volume de gaz, car d’après ce que j’ai compris, on retournera vers le premier puits (Anchois-1, NDLR) afin de confirmer les découvertes du puits Anchois-2. En 2019 déjà, la compagnie avait annoncé un potentiel gazier dans cette région, estimé à 22 milliards de mètres cubes à peu près. C’est une estimation préliminaire. Il faut encore réaliser des prospections supplémentaires, cela durera encore quelques mois », a commenté Taoufik Laâbi dans une interview accordée à TelQuel.

Selon lui, il est très difficile à dire à partir de quel volume cela devient intéressant à la production. « Il faut évidemment que les volumes soient incitatifs et qu’il s’agisse d’une exploitation pérenne dans le temps, mais chaque compagnie vous donnera un chiffre différent. Cela dépend des investissements qui ont été entrepris, de la durée des prospections, il y a tout un ensemble de facteurs qui entrent en jeu », a expliqué le consultant en énergie.

À lire : Maroc : découverte importante de gaz naturel au large de Larache

Évoquant une possibilité de raccorder ce puits au gazoduc Maghreb-Europe, il a indiqué qu’il y a plusieurs facteurs qui favoriseraient cela. « La proximité avec le gazoduc, mais cela suppose qu’il faudra réaliser un nouveau tronçon pour relier le puits au gazoduc existant », a-t-il encore expliqué, rappelant qu’avant la liaison avec le gazoduc, il y a déjà dans la région de Larache un certain de nombre de sites de production d’électricité relevant de l’Office national de l’eau et l’électricité (ONEE), qui génèrent de l’électricité à partir du gaz à travers un cycle combiné.

Quid d’un risque de spéculation dans l’annonce de Chariot Oil & Gas ? « Il faut tout de même rester prudent. Le fait que l’ONHYM confirme ces résultats est un bon signe, mais il ne faut pas aller trop vite en besogne. Le plus important est de ne pas abandonner le plan de développement gazier que le Maroc a entrepris depuis quelques années et qui consiste à développer des terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) », a conclu l’expert.

Sujets associés : Larache - Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) - Gaz

Aller plus loin

Exploration gazière : des « résultats encourageants » au large de Larache

L’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) a annoncé ce lundi des « résultats encourageants » du forage Anchois-2, au large de Larache.

Maroc, futur grand exportateur de gaz en Afrique ?

Avec ses réserves de gaz estimées à 39 milliards de mètres cubes et les nouveaux projets qui sont mis en œuvre, le Maroc pourrait devenir un grand exportateur de gaz en Afrique.

Nouvelles explorations pétrolières au large du Maroc

Au moment où plusieurs acteurs ont délaissé des actifs en 2020, Chariot Oil & Gas a amélioré ses positions, principalement au Maroc. Il vient de s’approprier un nouveau...

Maroc : Chariot Oil & Gas démarre le forage d’un puits au large de Larache

La société britannique spécialisée dans l’exploration gazière, Chariot Oil & Gas, a démarré les opérations de forage de son permis Lixus, au large de Larache, dans le Nord...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le GME alimente à nouveau les centrales de Tahaddart et Ain Béni Mathar

Après plusieurs mois de fermeture du GME, les centrales à cycles combinés de Tahaddart et Ain Béni Mathar ont été de nouveau connectées au réseau grâce au GNL (Gaz naturel liquéfié) importé du marché international.

En difficulté au Maroc, SDX Energy racheté

Compte tenu des difficultés de trésorerie, la société britannique SDX Energy, qui détient des permis d’exploitation gazière au Maroc, est en passe d’être vendue au groupe canadien Tenaz Energy Corp.

Une importante découverte de gaz au Maroc

SDX Energy a annoncé la découverte d’un important gisement de gaz dans le bassin du Gharb, dont l’exploitation contribuera au développement économique de la région.

Prospection pétrolière : Europa Oil & Gas prend une décision difficile au Maroc

La compagnie britannique de prospection et d’exploration pétrolière et gazière « Europa Oil & Gas » a décidé de renoncer à l’extension de la licence d’Inezgane située au large du Maroc. Elle évoque « une décision difficile ».

Chariot Oil & Gas va acheminer le gaz de Larache via le gazoduc Maghreb-Europe

La société britannique Chariot a annoncé mercredi la signature d’un accord avec l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) pour acheminer le gaz de Larache via le gazoduc Maghreb-Europe (GME).

Un nouveau champ gazier au Maroc

Le ministère marocain de la Transition énergétique et du développement durable vient d’accorder un nouveau permis pour l’exploitation d’un nouveau champ de gaz naturel à Douar Oulad Belkheir, dans l’ouest du royaume.

Champ gazier au Maroc : Predator Oil & Gas donne des nouvelles de Guercif

La société pétrolière et gazière Predator Oil & Gas, détentrice de la licence d’exploration de pétrole et de gaz onshore dans le nord-est du Maroc, amorce la première étape du processus centré sur l’évaluation de sables spécifiques au sein des...

SDX Energy fait une nouvelle découverte de gaz au Maroc

SDX Energy, l’explorateur gazier britannique qui exploite des gisements de gaz naturel dans le bassin du Gharb au Maroc, annonce avoir fait deux découvertes provenant des puits SAK-1 et KSR-20, récemment achevés. Ces découvertes ouvrent la voie à...

Gaz naturel de Tendrara : les ambitions énergétiques du Maroc se concrétisent

La société britannique en charge de l’exploitation du gisement de gaz de Tendrara, Sound Energy, indique que les premières recettes générées par ce projet devraient être perçues dès 2024. L’entreprise collabore étroitement avec l’Office National de...

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.