Les drones turcs acquis par le Maroc font-ils peur à l’Espagne ?

5 août 2021 - 10h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le Maroc aurait acquis une bonne quinzaine de drones de combat turc, Bayraktar TB2, dont une partie pourrait être transférée sur la base militaire Al-Aroui près de Nador, à seulement 30 km de la frontière avec Melilla. Une telle proximité ferait-elle peur à l’Espagne ?

Le drone turc Bayraktar TB2 est un appareil puissant de dissuasion et de destruction massive. Il aurait permis à la Turquie d’exterminer plusieurs centaines de combattants et de civils kurdes en Syrie, ou de détruire les systèmes anti-aériens russes des forces rebelles du maréchal Haftar en Libye, ou encore de désarmer l’armée arménienne lors de la guerre du Haut-Karabakh en 2020. « Alors que les drones américains ou chinois chargent de grosses bombes, le TB2 tire de petites bombes guidées qui pèsent 20 kg », explique Jesús Manuel Pérez Triana, analyste militaire et auteur du blog Postmodern Wars, cité par El Mundo .

À lire : L’Espagne craint les drones marocains

Plusieurs pays comme le Maroc, l’Ukraine, le Pakistan ou encore la Pologne ont exprimé très tôt leur intérêt pour ce matériel militaire dont le rapport qualité-prix est convaincant. Le drone TB2, long de 12 mètres et capable de passer une journée entière dans les airs, est, selon Pérez Triana, « une solution à faible coût » à utiliser contre des groupes de guérilla dispersés, mais pas des foules.

À lire : La modernisation de l’armée marocaine fait-elle peur à l’Espagne ?

La nouvelle de l’acquisition de ces drones de dernière génération par le Maroc et leur transfert sur une base militaire proche de Melilla inquièterait-elle l’Espagne ? Pour Pérez Triana, « c’est quelque chose de délicat », d’autant que le commandement général de Ceuta et Melilla dispose d’un régiment d’artillerie mixte « basique et limité », comportant un groupe antiaérien avec un système suisse de 35 mm et le Mistral [système court de défense antiaérienne]. Cela ne fait pas le poids devant le TB2 qui selon l’expert, est très difficile à repérer sur les radars.

À lire : Le Maroc renforce et modernise son armée

À l’évidence, Al-Aroui est aussi proche de Melilla que de l’Algérie, fait observer Rachid el Younoussi, directeur du site Infotalqual qui estime que l’objectif poursuivi par le Maroc « est de devancer l’Algérie dans une bataille financière et militaire pour se positionner comme un leader africain ». Pour d’autres analystes, le Maroc aurait acquis ces drones pour mieux combattre le Front Polisario. « Nous les verrons probablement à l’aéroport de Laayoune. Je ne pense pas qu’ils vont circuler à Melilla », a rassuré Pérez Triana.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Défense - Armement - Turquie

Aller plus loin

Les drones marocains font peur au Front Polisario

Le Maroc a renforcé ces dernières années son armée avec l’acquisition de drones chinois ou turcs, qu’il n’hésite pas à utiliser contre le Polisario. En témoigne la récente...

Des drones israéliens pour l’armée marocaine

Israël pourrait livrer une importante commande de drones de dernière génération au Maroc. Il s’agit de drones Bluebird Aero Systems de dernière génération commandés à Israel...

La modernisation de l’armée marocaine fait-elle peur à l’Espagne ?

Le Maroc s’est engagé depuis quelques années dans une dynamique de renforcement et de modernisation de son armée, avec le soutien des États-Unis et de l’Arabie Saoudite. Cette...

L’Espagne craint les drones marocains

Les nouveaux drones militaires d’attaque acquis par le Maroc auprès de la Turquie pour 30 millions d’euros, seront transférés sur la base d’Al-Aroui à Nador, à seulement 30...

Ces articles devraient vous intéresser :

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

Le Maroc va réceptionner ses premiers hélicoptères H135

Le Maroc va bientôt doter son armée de l’air de cinq hélicoptères H135 qui remplaceront l’AB206 pour la formation des pilotes dans les missions de transport, de recherche et de sauvetage.

Armée marocaine : budget record et capacités renforcées

Le budget du ministère marocain de la Défense atteint le niveau record de 124,7 milliards de dirhams (12,2 milliards de dollars). Et, les Forces armées royales (FAR) prévoient de conclure des accords records pour renforcer leurs capacités.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Les avions F-35, un rêve inaccessible pour le Maroc ?

Plusieurs médias marocains et israéliens ont annoncé l’acquisition « imminente » par le Maroc des avions de combat américains F-35. Selon le Forum Far-Maroc, il ne s’agit en réalité que d’une rumeur « infondée ».

Sahara : un drone marocain abattu par le Polisario ?

Des images montrant un drone prétendument marocain abattu par le Polisario dans le Sahara circulent sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il en réalité ?

Budget record pour l’armée marocaine

Le Maroc va allouer près de 12,1 milliards de dollars au ministère de la Défense en 2024. Ce montant servira entre autres à l’acquisition d’armes et d’équipements militaires.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Zones industrielles militaires : les grands projets du Maroc

Le Maroc s’active pour la mise en place d’une industrie de défense robuste. Il dévoile sa stratégie axée sur la création de zones industrielles.

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.