Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

6 septembre 2023 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Alors que l’homosexualité est interdite et punie par la loi au Maroc, des institutions éducatives étrangères notamment françaises en font sa promotion. Lors d’une conférence de presse sur les développements de la rentrée scolaire, Chakib Benmoussa a clairement affiché la position du royaume sur les programmes d’éducation étrangers promouvant l’homosexualité. Le Maroc, a-t-il dit, a des lois et des valeurs claires qui s’imposent à tous, y compris les institutions éducatives étrangères, et doivent être respectées. Aussi, a-t-il assuré que des mesures ont été prises pour garantir que ces institutions respectent les enseignements nationaux. Selon les explications du ministre, ce sont les manuels complémentaires qui posent parfois problème et non les programmes principaux de ces institutions.

À lire : « Personne ne peut légaliser l’homosexualité au Maroc »

Chakib Benmoussa a également abordé la question de la vente de livres par certaines écoles privées. À l’en croire, un contrat serait élaboré pour « empêcher toute institution de contraindre les familles à acheter des livres auprès d’elles ». Il est question d’établir une relation transparente et claire entre les écoles privées et les familles en ce qui concerne les droits et les devoirs.

À lire :Maroc : rebondissement dans l’affaire de l’enseignante française virée pour avoir « promu » l’homosexualité

Dans un autre registre, le ministre a assuré que le processus de généralisation de l’enseignement de l’amazigh suit son cours avec un suivi des résultats annuels. Quant au nombre d’enseignants spécialisés, il augmente chaque année.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Chakib Benmoussa - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

« Personne ne peut légaliser l’homosexualité au Maroc »

Le ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi, a assuré que l’homosexualité ne peut être « légalisée » dans un «...

Une enseignante française au Maroc virée pour avoir « promu » l’homosexualité

La présentation des informations sur l’homosexualité et « les tendances anormales et la diffusion d’idées insultantes sur les personnalités et les symboles de l’islam » en...

Maroc : rebondissement dans l’affaire de l’enseignante française virée pour avoir « promu » l’homosexualité

Contre toute attente, l’enseignante française de l’école Honoré de Balzac de Kénitra virée suite à une plainte de parents d’élèves qui l’ont accusée d’avoir présenté des...

École française au Maroc : nouvelle polémique sur l’homosexualité

L’école Louis Massignon, située à Bouskoura et qui relève de la mission française, est au cœur d’une polémique sur les programmes proposés aux élèves. On lui reproche la...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.