Un témoin confirme avoir été torturé sur ordre de Brahim Ghali

29 juillet 2021 - 10h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’activiste Ahmed Tarouzi, cité à comparaître mardi dernier, a certifié dans sa déclaration au juge Santiago Pedraz que Brahim Ghali était celui qui donnait les ordres de torture dans les camps de Tindouf, même si lui-même n’en infligeait pas.

Brahim Ghali était celui qui donnait les ordres de torture dans les camps de Tindouf et était parfois présent lorsque les actes s’exécutaient, a assuré le témoin qui a comparu mardi devant le juge Pedraz. « Je n’ai pas le moindre doute que j’ai été torturé sur ordre de Brahim Ghali parce qu’il était absolument impossible que quelque chose se passe dans les camps sans son feu vert », a soutenu Ahmed Tarouzi qui accuse le Front Polisario de l’avoir séquestré et torturé pendant onze ans.

À lire : Affaire Ghali : deux témoins vont comparaître mardi prochain

Le deuxième témoin prévu qui devait comparaître mardi, est un codétenu de Fadel Breica, le militant sahraoui d’origine espagnole qui a également porté plainte contre Ghali. Ce dernier, qui aurait été témoin des tortures subies par Breica dans les camps de Tindouf en 2019, n’a pas pu se présenter devant le juge en raison des difficultés liées à l’obtention du visa d’entrée en Espagne. Pour les mêmes raisons, il avait manqué sa comparution le 29 juin dernier, informe La Razon.

À lire : Brahim Ghali rattrapé par la justice

L’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (ASADEHD) a également porté plainte contre Ghali et 27 autres membres du Front Polisario pour les mauvais traitements qu’ils auraient infligés à des prisonniers de guerre et à des citoyens sahraouis, « en particulier ceux d’origine espagnole ».

L’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño sous une fausse identité le 18 avril, a provoqué une grave crise diplomatique avec le Maroc, laquelle a conduit à une crise migratoire intervenue en mai avec l’arrivée massive de migrants à Ceuta. Le leader du Front Polisario a comparu par visioconférence le 1er juin devant le juge Pedraz qui ne lui avait imposé aucune mesure provisoire limitant ses mouvements, ce qui a permis à Ghali de retourner en Algérie le 2 juin pour poursuivre sa convalescence.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali - Témoignage

Aller plus loin

Ce qu’a déclaré Brahim Ghali au juge en juin dernier

Lors de sa comparution par visioconférence le 1ᵉʳ juin depuis l’hôpital de San Pedro de Logroño, Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, accusé de torture et de diverses...

Affaire Ghali : classement sans suite de la plainte pour génocide

Le juge de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, a prononcé une fois de plus le classement sans suite de la plainte déposée contre le leader du Polisario, Brahim Ghali pour...

La plainte pour génocide contre Brahim Ghali classée

La justice espagnole a décidé ce jeudi de classer la plainte pour « génocide » qui vise Brahim Ghali, le chef des séparatistes du Front Polisario qui a été convoqué par un juge...

Nouvelles révélations sur l’affaire Brahim Ghali

Des révélations publiées dans un journal espagnol tendent à prouver que l’Espagne voulait éviter une crise diplomatique avec le Maroc en envisageant de transférer le leader du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.