Affaire Ghali : deux témoins vont comparaître mardi prochain

25 juillet 2021 - 18h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Deux témoins vont comparaître mardi devant le juge de la Cour nationale, Santiago Pedraz, en charge de l’affaire Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, accusé de tortures et de diverses violations de droits de l’Homme.

Le juge Pedraz avait accepté de prendre le témoignage d’Ahmed Tarouzi dont le nom figure dans la plainte initiale impliquant Ghali, et avait refusé de citer à comparaître les deux autres témoins proposés par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (ASADEHD). Pourtant, le témoignage de ces deux témoins est capital, estime l’association.

À lire : Affaire Ghali : le juge appelle un témoin à comparaître le 27 juillet

En plus du témoignage d’Ahmed Tarouzi, le juge Pedraz va aussi recevoir ce mardi 27 juillet, celui d’un codétenu de Fadel Breica, le militant sahraoui d’origine espagnole qui a également porté plainte contre Ghali. Ce dernier aurait été témoin des tortures subies par Breica dans les camps de Tindouf en 2019. Cité à comparaître le 29 juin dernier, il n’avait pas pu honorer le rendez-vous à cause des difficultés d’obtention du visa d’entrée en Espagne. Breica, sa femme et un autre homme avaient comparu ce jour-là, informe El Confidencial Digital.

À lire : Brahim Ghali rattrapé par la justice

Dans sa plainte contre Ghali, Breica accuse les agents du Front Polisario de lui avoir fait subir des coups et des décharges électriques et autres traitements inhumains et dégradants. À cette plainte, s’ajoute celle de l’ASADEDH contre Ghali et 27 autres membres du Front Polisario pour les mauvais traitements qu’ils auraient infligés à des prisonniers de guerre et à des citoyens sahraouis, « en particulier ceux d’origine espagnole ».

Brahim Ghali a comparu par visioconférence le 1ᵉʳ juin dernier depuis l’hôpital San Pedro de Logroño où il a été admis le 18 avril en raison de complications dues au coronavirus. À cette audience, le juge Pedraz n’a pas pris de mesures provisoires contre lui, ce qui a permis au leader du Front Polisario de retourner en Algérie aux premières heures du 2 juin à bord d’un avion médicalisé. Son accueil par l’Espagne a provoqué une grave crise diplomatique avec le Maroc, doublée d’une crise migratoire inédite intervenue en mai avec l’arrivée massive de migrants à Ceuta.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Torture - Brahim Ghali - Témoignage

Aller plus loin

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Brahim Ghali rattrapé par la justice

Un juge de Saragosse a demandé avec insistance à la Guardia Civil de lui fournir des explications sur l’entrée de Brahim Ghali, leader du Polisario sur le territoire espagnol...

Affaire Ghali : le juge appelle un témoin à comparaître le 27 juillet

Le juge d’instruction de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, a cité Ahmed Tarouzi à comparaître le 27 juillet comme témoin dans la plainte contre Brahim Ghali, le chef du...

Nouvelles révélations sur l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sans fournir des informations sur l’identité des personnes à bord de l’avion de la présidence algérienne qui transportait Brahim...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...