L’équipementier Marelli quitte Tanger pour Châtellerault

13 février 2023 - 16h00 - Economie - Ecrit par : S.A

L’équipementier automobile italo-japonais Marelli (ex Magneti-Marelli) s’active pour la relocalisation de l’une de ses chaînes marocaines sur son site de Châtellerault, spécialisé dans l’électronique embarquée pour véhicules, notamment des GPS.

L’usine de Marelli située à Tanger, où sont fabriqués des systèmes multimédias intégrés de navigation GPS (Aida R1 et Aida R2, pour « Affective intelligent driving agent ») sera relocalisée sur le site de Châtellerault. Telle est l’annonce faite par le préfet de la Vienne, Jean-Marie Girier, lors de ses vœux au monde économique à Châtellerault, en janvier 2023. « Un grand groupe nous annonce la relocalisation de chaînes marocaines (200 salariés) à Châtellerault… »

À lire : Guerre en Ukraine : Sumitomo Electric délocalise sa production au Maroc

« Cette chaîne sera très prochainement relocalisée sur le site de Châtellerault qui fabriquera les mêmes produits, confirme au journal La Nouvelle République Denis Chrétien, de la CFDT. Elle sera intégrée dans l’usine actuelle de Châtellerault. » Sur le terrain, le site de Châtellerault se prépare à accueillir l’implantation de cette nouvelle chaîne. L’usine est « en train de faire de la place pour pouvoir implanter cette nouvelle chaîne. […] Des machines test EOL (End of line ou tests de fin de ligne, en français) sont en cours d’installation », font savoir des ouvriers de Marelli Châtellerault.

À lire : Des entreprises du secteur automobile quittent l’Ukraine pour le Maroc

Les raisons derrière cette relocalisation ? « À l’origine, cette relocalisation est une décision du client. Au départ, le contrat avait été signé avec le groupe PSA. Ensuite s’est constitué le groupe Stellantis qui n’a pas eu la même stratégie et a préféré tout faire fabriquer sur un même site pour des questions de coût. Celui de transport notamment. Et les quantités globales de fabrication ont diminué avec un marché de l’automobile un peu plus atone », explique le syndicaliste Denis Chrétien.

Sujets associés : France - Japon - Italie - Automobile

Aller plus loin

Des constructeurs automobiles quittent l’Algérie et la Tunisie pour le Maroc

Le Maroc jouit d’une stabilité politique au Maghreb qui favorise les investissements étrangers. À telle enseigne que de grandes firmes étrangères ont délaissé ces derniers mois...

Guerre en Ukraine : Sumitomo Electric délocalise sa production au Maroc

La guerre en Ukraine contraint le Japonais Sumitomo Electric Bordnetze (SEBN) à délocaliser ses activités au Maroc. Le constructeur automobile avait suspendu ses activités...

Des équipementiers automobiles quittent l’Ukraine et s’installent au Maroc

En raison de la guerre en Ukraine, plusieurs équipementiers automobiles déménagent leurs activités à l’étranger, notamment vers le Maroc.

L’Allemand ContiTech rationalise sa présence au Maroc

Partie intégrante de la société Continental AG basée à Hanovre, le groupe allemand ContiTech, spécialiste des systèmes de refroidissement (HVAC) pour l’automobile, a décidé de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Neo Motors dévoilée : à quel prix sera-t-elle vendue ?

Après plusieurs mois de suspens et de promesses de lancement, la nouvelle voiture « 100 % marocaine » a finalement a été dévoilée devant le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat. Destinée d’abord aux Marocains avant d’envisager son exportation, «...

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

Renault va produire plus de véhicules électriques au Maroc

Renault ambitionne d’ici 2027 de lancer huit nouveaux modèles hybrides et électriques (E-Tech) et de doubler le bénéfice net par unité vendue hors d’Europe et notamment au Maroc.

Quelles voitures possède Hakim Ziyech ?

Passionné de football, Hakim Ziyech est également un féru des voitures de luxe. Il ne s’en prive pas lorsque l’opportunité s’offre à lui de s’en procurer.

Maroc : les exportations automobiles dépassent les 100 MMDH à fin novembre

Les exportations marocaines dans le secteur automobile ont généré au terme des onze premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 100,37 milliards de dirhams, en augmentation de 35% par rapport à la même période de 2021.

La nouvelle Porsche 911 Dakar testée au Maroc

Le tout nouveau bijou de Porsche, la 911 Dakar, a été testé au Maroc. Le véhicule, aux allures d’un tout-terrain, sera dévoilé au Salon de l’auto de Los Angeles le 16 novembre.

Neo Motors, la nouvelle voiture 100% marocaine, est en vente

C’est désormais effectif. Neo Motors, le premier constructeur automobile à capital marocain, a donné le coup d’envoi de la commercialisation de ses premiers véhicules « made in Morocco ».

Nouveau carton de ventes pour la Citroën « My Ami Buggy »

Le succès ne se dément pas pour la petite voiture Citroën « Ami ». Fabriquée au Maroc, la voiture électrique sans permis a été encore une fois un succès dans de nombreux pays européens.