Du terrorisme à la rédemption : le parcours d’Oialae Chergui

21 mars 2023 - 22h30 - Espagne - Ecrit par : P. A

Condamné en septembre 2016 à huit ans de prison pour avoir collaboré avec l’État islamique, Oialae Chergui, avoue aujourd’hui s’être repenti en prison. Il a fait cette confession la semaine dernière, lors d’une rencontre avec des étudiants de l’université de Madrid.

Oialae Chergui, 34 ans, prisonnier djihadiste, a profité d’une permission de sortie de prison de quatre heures pour participer à cette rencontre. Il avait été arrêté pour son appartenance au groupe terroriste Al Andalus, démantelé par la police espagnole en 2016. Après plus de six ans de prison, il confie dans une lettre que son arrestation lui a évité de « faire des folies » et veut être un exemple de repentir. La lettre a été lue en sa présence par un étudiant en criminologie de l’université Francisco de Vitoria devant une assistance composée d’étudiants âgés de 18 à 22 ans.

Le témoignage de ce terroriste condamné s’inscrit dans le cadre d’une conférence sur la justice réparatrice et la déradicalisation des terroristes. « J’ai passé cinq ans à l’isolement dans la prison de Villabona. Aujourd’hui, j’ai obtenu une permission de quatre heures pour venir ici. Je voudrais oser lire cette lettre que j’ai écrite pour vous, jeunes universitaires, mais cela m’est impossible », a déclaré Oialae Chergui. Dans sa décision de 2017, la Cour suprême a indiqué que Chergui faisait partie d’un « réseau basé à Madrid, qui s’activait dans le recrutement, la radicalisation, l’endoctrinement et l’envoi de volontaires djihadistes pour mener des actes terroristes ».

À lire : Une djihadiste marocaine « repentie » devant les assises de Paris

« Je suis arrivé légalement en Espagne en 2002 avec mes parents. Mes parents sont retournés au Maroc et je suis resté ici avec de la famille dans le but d’étudier. Je n’ai pas pu le faire, je n’ai pas pu renouveler ma carte de séjour, ce qui m’a obligé à abandonner mes études et à commencer à aller devant les tribunaux, à chercher des emplois précaires et à fréquenter des personnes ayant une influence négative. Malgré cette vie en dents de scie, je me suis mariée en 2010 et j’ai trois enfants », raconte-t-il aux étudiants, précisant que sa motivation à rejoindre l’État islamique était « politique et non religieuse. Elle est née d’un sentiment d’injustice », allusion faite au printemps arabe.

Oialae Chergui dit « regretter profondément » et avoir « honte d’avoir collaboré avec une organisation terroriste ». Il a commencé à s’endoctriner avec des « informations provenant d’Al Jazeera, des réseaux et de ses amis ». « Mon manque de préparation académique et mon intolérance ne me permettaient pas de distinguer ce que je voyais, lisais ou entendais. […] J’ai commencé à faire des choses qui ne correspondaient pas à ma morale, mais que tout le monde faisait, ou du moins c’est ce que je pensais », détaille-t-il. Et de souligner : « Mon but était d’aller en Syrie pour lutter contre les dictateurs mis en place par l’Occident. La détention m’a sauvé de la lutte armée et de je ne sais quoi d’autre ».

À lire : Douha Mounib, itinéraire d’une djihadiste

Le jeune homme a suivi un long processus d’introspection, de réflexion autocritique, et participé à des ateliers de justice réparatrice avant de pouvoir se libérer. La lecture et l’humanisme de certaines personnes rencontrées en prison ont aussi beaucoup contribué à son changement de mentalité et de perception de la vie. « Aujourd’hui, je condamne le terrorisme… Je suis convaincu que le terrorisme n’a pas de religion ni de frontière. Je m’excuse si j’ai causé un préjudice moral à qui que ce soit et je promets de ne plus le faire. Je veux que ce cauchemar que j’ai commencé il y a de nombreuses années prenne fin », a-t-il conclu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Prison

Aller plus loin

L’Espagne craint le retour des djihadistes de Syrie

Les forces de sécurité espagnoles vont davantage renforcer la lutte contre le terrorisme djihadiste face à la persistance de ce phénomène. En 2022, 46 djihadistes présumés ont...

La nouvelle vie de l’ex-député Hicham Imane : De la politique à l’aéroport de Liège

Le Conseiller communal de Charleroi Hicham Imane, ancien député belge wallon du parti socialiste (PS) qui a siégé au Parlement wallon entre 2014 et 2016 en remplacement de Paul...

Espagne : un Marocain arrêté pour endoctrinement djihadiste

La police a arrêté mercredi à Gernika (Pays basque) un Marocain accusé d’endoctrinement djihadiste. Le prévenu vivait à Biscaye depuis plusieurs années et se trouvait en...

D’un rêve jihadiste à la réalité : Le récit très amer d’un jeune Franco-marocain

Parti en Syrie en compagnie de son grand frère et de son meilleur ami, un Franco-marocain réussit à quitter une katiba du Jabhat al-Nosra, affilié à Al-Qaida, pour revenir en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...