L’Espagne refuse l’extradition d’un Marocain, meurtrier d’une étudiante

11 juillet 2021 - 21h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Audience provinciale de Cadix a rejeté dans une ordonnance la demande de l’avocat de Mohamed Amahda. dit Tony, qui avait demandé en avril dernier son extradition au Maroc pour purger le reste de sa peine. L’accusé avait été condamné en 2013 pour le meurtre de Laura Gutierrez, une jeune étudiante en soins infirmiers, à une peine de 18 ans et 3 mois de prison, peine réduite en 2014 par la Cour suprême à 14 ans et demi.

L’Audience estime que l’extradition de Mohamed A. dit Tony demandée par son conseil, ne peut être acceptée, car il n’est pas possible de réviser l’arrêt ni de revoir la peine, indiquent des sources judiciaires à El Faro de Ceuta. Selon les juges, l’extradition n’est admise que dans le cas d’un meurtre au troisième degré ou d’une liberté conditionnelle. Dans le cas de Mohamed A., condamné pour meurtre et agression sexuelle, le tribunal considère qu’il doit purger l’ensemble de sa peine, pour ne pas décrédibiliser la justice dans la société, surtout en tenant compte du simple fait qu’il est un étranger.

Les faits. Laura Gutiérrez, étudiante en soins infirmiers de La Línea, devait résider pendant quelques jours dans un appartement, le temps de passer ses examens pour l’obtention de son diplôme. Mohamed A. et d’autres personnes vivaient également dans cet appartement. Au petit matin du 6 décembre 2011, elle a été tuée par ce dernier qui, après avoir commis le meurtre, s’est rendu au poste de police pour se livrer.

À lire : Un Marocain condamné à 18 ans de prison en Espagne, demande à être extradé au Maroc

La mort de la jeune femme a suscité colère et indignation dans la ville. Une minute de silence a été observée en sa mémoire à l’occasion de la cérémonie de remise des diplômes d’infirmière. Pour sa famille, ce fut un coup dur. Elle avait réclamé justice à l’époque et s’oppose aujourd’hui à l’extradition de Mohamed A.

Lors de sa comparution en avril dernier, le Marocain avait reconnu les faits, indiqué qu’il regrettait son acte et demandé pardon. Il a aussi déclaré qu’il est arrivé en Espagne en 1999, a obtenu sa carte de résident en 2000, laquelle a expiré alors qu’il était déjà en prison. Mohamed A. avait été condamné à 13 ans et 9 mois de prison pour homicide aggravé et à quatre ans et six mois supplémentaires pour agression sexuelle grave. En novembre 2014, la Cour suprême a réduit cette peine globale à 14 ans et demi.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Procès - Extradition - Prison

Aller plus loin

L’Espagne refuse d’extrader un Marocain

L’Audience nationale espagnole a refusé d’extrader un Marocain arrêté à Grenade en février dernier par la Garde civile en tant qu’auteur présumé de trafic de migrants.

Espagne : hausse des demandes d’extraditions de la part du Maroc

Le nombre de mandats d’arrêt et de demandes d’extraditions a augmenté en Espagne de 41 % en 2021 par rapport à 2020. Le Maroc est l’un des principaux demandeurs.

Italie : condamné à 30 ans de prison pour avoir assassiné un Marocain

En Italie, la cour suprême a condamné un homme à 30 ans de prison ferme pour le meurtre d’un Marocain et la dissolution de son corps dans l’acide chlorhydrique. À l’origine de...

L’Espagne refuse d’extrader un homme accusé d’enlèvement au Maroc

La Chambre pénale de la Haute cour nationale espagnole a rejeté la demande du Maroc d’extrader un de ses ressortissants résidant à Ceuta, et faisant l’objet d’un mandat d’arrêt...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.