L’Espagne paie le prix fort de son rapprochement avec l’Algérie

7 novembre 2021 - 09h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Espagne a-t-elle bien fait de renforcer sa coopération avec l’Algérie, considérée comme « un régime imprévisible qui a perdu toute crédibilité, même aux yeux des Algériens eux-mêmes » ? C’est la question que se pose un journal espagnol.

L’opinion publique espagnole a critiqué les récents choix du gouvernement de Pedro Sánchez en ce qui concerne ses relations avec le Maroc, un pays ami avec lequel il entretient des partenariats dans les domaines économiques et en matière de lutte contre le terrorisme et les flux migratoires.

« Malgré un partenariat fort et mutuellement bénéfique avec le Maroc, les autorités espagnoles ont décidé ces derniers mois de prendre une décision diamétralement opposée. Sur la base d’approches dépassées, sous l’influence de certaines forces obscures anti-marocaines persistantes, l’Espagne semble désormais axer sa politique maghrébine sur une nouvelle coalition avec l’Algérie », analyse La Razon dans un article titré « Erreurs stratégiques de l’Espagne au Maghreb ».

À lire : Gaz : l’Espagne toujours inquiète, malgré les assurances de l’Algérie

Pour le quotidien espagnol, ce changement de politique étrangère est une décision « inappropriée et désastreuse pour l’Espagne », qui devrait en payer le prix fort. Pour argumenter cette thèse, le journal évoque l’affaire Ghali qui a éclaboussé de hauts fonctionnaires espagnols, sans oublier la complaisance dont font preuve les autorités espagnoles face à l’afflux de migrants en provenance de l’Algérie.

Le journal critique aussi le non-renouvellement du gazoduc Maghreb-Europe par l’Algérie « dont l’imprévisibilité et l’impulsivité en font un partenaire peu fiable, compromettant ainsi sa compétitivité économique et affaiblissant le pouvoir d’achat des Espagnols ». Et d’ajouter : « Comment expliquer au peuple espagnol et à ses forces motrices le coût de décisions malheureuses ? Il faut se rappeler qu’un changement d’avis est rarement une bonne approche de la diplomatie, surtout lorsqu’il repose sur des bases précaires ».

Sujets associés : Espagne - Algérie - Diplomatie - Gaz

Aller plus loin

Gaz : l’Espagne toujours inquiète, malgré les assurances de l’Algérie

Le non-renouvellement par l’Algérie du gazoduc Maghreb-Europe (GME) traversant le Maroc, suscite une grande polémique en Espagne qui craint une rupture de l’approvisionnement en...

Maroc-Algérie : l’Espagne veut jouer les médiateurs

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, a annoncé que l’Espagne va proposer sa médiation dans la crise diplomatique entre le Maroc et l’Algérie.

Gazoduc : le Maroc et l’Espagne toujours à la recherche d’une solution

Le Maroc et l’Espagne poursuivent les négociations afin d’assurer l’approvisionnement en gaz des deux pays en cas de non-renouvellement par l’Algérie du contrat de concession du...

Gazoduc Maghreb-Europe : le Maroc va importer du gaz d’Espagne

Le Maroc étudie avec l’Espagne la possibilité d’acheminer du gaz via ses terminaux de gaz naturel liquéfié au cas où l’Algérie n’en renouvellerait pas le contrat de concession...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Chariot Oil & Gas va acheminer le gaz de Larache via le gazoduc Maghreb-Europe

La société britannique Chariot a annoncé mercredi la signature d’un accord avec l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) pour acheminer le gaz de Larache via le gazoduc Maghreb-Europe (GME).

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

L’ONHYM et SDX Energy déposent une demande de concession d’exploitation de gaz

L’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et la société pétrolière SDX Energy ont adressé, le 18 juillet dernier, au ministère des mines, une demande de concession concernant l’exploitation de gaz naturel.

Champ gazier au Maroc : Predator Oil & Gas donne des nouvelles de Guercif

La société pétrolière et gazière Predator Oil & Gas, détentrice de la licence d’exploration de pétrole et de gaz onshore dans le nord-est du Maroc, amorce la première étape du processus centré sur l’évaluation de sables spécifiques au sein des...

Un nouveau champ gazier au Maroc

Le ministère marocain de la Transition énergétique et du développement durable vient d’accorder un nouveau permis pour l’exploitation d’un nouveau champ de gaz naturel à Douar Oulad Belkheir, dans l’ouest du royaume.

Subventions au gaz et aux produits alimentaires : le coût pour l’Etat marocain en 2022

Les subventions accordées au gaz ont coûté au budget de l’État 22 milliards de dirhams l’année dernière, selon les données fournies par le ministère des Finances.