Espagne : démantèlement d’un réseau de cybercriminels dont des Marocains

11 août 2021 - 11h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

La Garde civile espagnole a démantelé mardi un vaste réseau de cybercriminels spécialisé dans l’escroquerie en ligne avec l’utilisation des données de carte de crédit usurpées. En tout, onze personnes dont des Marocains ont été arrêtées en Espagne et au Chili.

L’opération, menée conjointement par la Garde civile, la police de Grenade, le parquet et la brigade de cybercriminalité de la police d’enquête chilienne, a permis de démanteler ce vaste réseau de cybercriminels bien organisé et composé de membres situés en Espagne, aux États-Unis, au Chili, au Venezuela, au Pérou, en République tchèque, au Mexique et au Maroc.

À lire : Les banques marocaines mises en garde contre les cyberattaques

Cette organisation criminelle « dangereuse et efficace » selon la Garde civile, a conçu des logiciels pour récupérer les données des cartes de crédit de leurs victimes afin de les utiliser sur les plateformes de commerce en ligne, ou de les vendre via une application bien connue. Généralement, les membres de ce réseau usurpent l’identité des sites Web réels de sociétés bancaires nationales ou internationales, ou des sociétés de services de contenu multimédia en streaming bien connues, et récupèrent les données personnelles de leurs victimes dès qu’elles se connectent. Ils utilisent pour ce faire divers types de logiciels malveillants tels que le cheval de Troie bancaire Zeus et TinyBanker.

Plus de 300 entreprises ont été victimes de cette escroquerie par ces cybercriminels qui ont réussi à subtiliser plus de 42 000 cartes de crédit dans 47 pays, notamment aux États-Unis et dans les pays de l’Union européenne.

À lire : Cybersécurité : le Maroc, cible de plusieurs attaques

Après l’interpellation des cybercriminels accusés de délits d’escroquerie aggravée, d’appartenance à une organisation criminelle, d’usurpation d’identité et de falsification de documents, plusieurs perquisitions ont été menées à leurs domiciles à Cadix, Malaga et Santiago au Chili, lesquelles ont permis la saisie d’une abondante documentation relative aux identifiants de paiement usurpés, aux dispositifs de stockage électronique, aux dispositifs technologiques pour la commission de crimes et aux crypto-monnaies.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Informatique - Criminalité - Internet

Aller plus loin

Espagne : démantèlement d’un important réseau de trafic de haschich marocain

La Garde civile a mené une opération de démantèlement d’une importante organisation criminelle spécialisée dans le trafic de drogues en provenance du Maroc vers les côtes...

Un Marocain risque 47 ans de prison pour fraude électronique aux États-Unis

Le Marocain Soufiane Oulahyane est poursuivi aux États-Unis pour avoir volé 450 000 dollars en cryptomonnaie et en jetons non fongibles (NFT).

Maroc : près de 400 cyberattaques déjouées en 2020

Durant l’année 2020, le Maroc a réussi à déjouer 400 cyberattaques et tentatives de piratagemenées par des individus et États hostiles.

Près de 3% des cybercriminels arrêtés en Espagne en 2021 sont Marocains

Le taux de cybercriminalité en Espagne a augmenté de 6,1 % en 2021 par rapport à 2020. Plusieurs personnes dont des Marocains ont été arrêtées et font l’objet d’enquête pour ce...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc accélère sur la 5G en vue de la coupe du monde 2030

Le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration aura à charge la gestion des télécommunications lors de la coupe du monde 2030. Ainsi en a décidé le Comité marocain d’organisation du tournoi.

Capgemini a recruté cette année 2000 ingénieurs au Maroc

Le Maroc entend devenir l’une des destinations mondiales de l’ingénierie technologique. À cet effet, le gouvernement a signé, mardi, deux mémorandums d’entente avec Capgemini, entreprise internationale spécialisée dans le conseil et la transformation...

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

AliExpress et Shein : la douane marocaine mène la vie dure aux acheteurs

Malgré la suppression de l’exonération des frais de douane sur les transactions d’une valeur inférieure à 1 250 DH, les Marocains n’ont pas arrêté de faire des achats en ligne à l’international, notamment sur les sites chinois (AliExpress et Shein)....

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Maroc : fin des frais pour le paiement des factures sur internet

Les opérateurs économiques qui continuaient à prélever les frais de service à leurs clients lors des règlements des factures par voie électronique, ont mis fin à cette pratique, a annoncé mardi le Conseil de la concurrence.

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...