A Essaouira, un Français fait tomber des responsables pour corruption

15 août 2022 - 18h20 - France - Ecrit par : S.A

Une affaire semblable à celle des juges présumés corrompus de Casablanca a éclaté à Essaouira. Un jeune avocat, une femme d’affaires ainsi qu’une femme cadre dans le pachalik font face à la justice pour avoir joué un rôle d’intermédiation dans le dossier judiciaire d’un ressortissant français.

Un autre scandale d’intermédiation. À Essaouira, un ressortissant français qui se dit victime d’une escroquerie orchestrée par un jeune avocat, une femme d’affaires ainsi qu’une femme cadre dans le pachalik « a dénoncé un réseau d’intermédiation dans le tribunal de première instance », rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar. Les enregistrements audio qu’il aurait fournis aux enquêteurs et ses déclarations ont permis à ceux-ci d’arrêter une femme, propriétaire d’un célèbre café au centre-ville. Elle était chargée de négocier avec la victime pour intervenir en sa faveur dans un litige foncier.

À lire : Casablanca : un juge corrompu devant la justice

Lors de son audition, il a fourni des informations aux enquêteurs, lesquelles ont été d’une grande utilité. La cadre du pachalik qui a disparu de la circulation après avoir fourni un certificat médical et l’avocat chargé de négocier la résolution du dossier de la victime auprès de hauts responsables du tribunal de première instance d’Essaouira ont, à leur tour, été interpellés.

À lire : Corruption : des magistrats marocains épinglés par un audio

Après son interpellation, l’avocat a été placé en détention provisoire. Il sera remis en liberté sous caution (10 000 DH). Mais les poursuites judiciaires continuent après le scandale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Casablanca - Droits et Justice - Essaouira

Aller plus loin

La Rochelle et Essaouira renforcent leur coopération

La Rochelle et Essaouira, jumelées depuis 22 ans, ont signé une nouvelle convention de coopération dans les domaines de la formation professionnelle, de la protection de...

Casablanca : un juge corrompu devant la justice

À Casablanca, l’affaire des juges épinglés dans le cadre d’une enquête menée sur l’implication prétendue de magistrats dans une tentative d’ingérence dans un dossier judiciaire...

Maroc : deux juges suspendus pour corruption

Deux juges ont été suspendus hier par le ministère de la Justice marocain, après le dépôt de plainte d’une femme les accusant d’avoir réclamé des pots-de-vin pour qu’ils...

Maroc : des magistrats sanctionnés

Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a émis des mesures disciplinaires à l’encontre de 15 magistrats déférés devant le conseil. Il s’agit d’une décision prise après...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.