États-Unis : Une Marocaine raconte comment son fils, 3 ans, a été tué par son père

27 septembre 2023 - 20h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Aux États-Unis, un procès pour enlèvement et terrorisme s’est ouvert avec le témoignage émouvant d’une Marocaine, mère d’un enfant malade dont le corps a été découvert dans un campement ignoble au Nouveau-Mexique.

Mardi, l’heure était à la présentation par les procureurs fédéraux du témoignage émouvant de la mère d’Abdul-Ghani Wahhaj, 3 ans, malade emmené sans sa permission de son domicile en Géorgie par des parents dans un campement isolé dans le désert au nord du Nouveau-Mexique. Un raid effectué en août 2018 avait permis de retrouver l’enfant dans un campement sordide près de la frontière avec le Colorado. Le corps en état de décomposition avancée du garçonnet avait été retrouvé dans un tunnel de l’enceinte, où quatre membres de sa famille, dont ses tantes vivaient avec 11 enfants affamés sans eau, rapporte le site clickondetroit.com. Le campement était encerclé par des bermes de pneus avec un stand de tir adjacent où des armes et des munitions ont été saisies.

À lire : Espagne : un imam marocain condamné pour incitation au terrorisme

Cinq ans plus tard, Hakima Ramzi, la mère d’Abdul-Ghani, est encore sous le choc. Son enfant souffrait de graves troubles du développement et de fréquentes crises d’épilepsie. Elle raconte que son mari, Siraj Ibn Wahhaj, et ses frères et sœurs l’ont accusée de jeter des sorts au petit Abdul. « Il m’a accusée de magie noire, alors que je ne suis pas du genre à pratiquer la magie noire », a déclaré Ramzi, dans un anglais approximatif. Elle dit être l’incomprise. Après, son mari et sa sœur avaient voyagé à l’étranger pour en savoir plus sur les méthodes de guérison alternatives basées sur le Coran, poursuit la Marocaine, qui a témoigné son amour et son dévouement pour son fils joyeux. Elle assure qu’après qu’elle eut demandé le divorce, son époux avait emmené leur fils dans un parc et n’était jamais revenu.

À lire :Béziers : prison et expulsion pour un Marocain accusé d’apologie du terrorisme

Face à la difficulté de retrouver l’enfant, Ramzi s’est confiée à la police, puis aux services de protection de l’enfance, dont l’aide a été précieuse. Le corps d’Abdul a été retrouvé dans le campement isolé au Nouveau-Mexique. Accusés de s’être entraînés « au maniement des armes à feu et à la tactique en vue d’attaques contre le gouvernement, en lien avec la croyance de certains que le garçon serait ressuscité sous les traits de Jésus-Christ et qu’il expliquerait alors quelles institutions gouvernementales et privées corrompues doivent être éliminées », Siraj Ibn Wahhaj, le père du garçon, ainsi que ses sœurs Hujrah et Subhanah Wahhaj, et le mari de celle-ci, Lucas Morton, ont été inculpés, entre autres, de conspiration.

À lire :Le témoignage poignant de Mathieu, fils d’un Marocain mort dans l’attentat de Nice

L’accusation d’enlèvement a été abandonnée, la cause du décès du garçonnet n’ayant jamais été déterminée. L’accusation de terrorisme est par contre retenue. Le grand-père d’Abdul est Siraj Wahhaj, qui dirige une mosquée bien connue de New York qui a attiré des radicaux au fil des ans, notamment un homme qui a ensuite participé à l’attentat à la bombe contre le World Trade Center en 1993. Prenant la défense de sa cliente, Donald Kochersberger, l’avocat de Hujrah Wahhaj a affirmé que les allégations de terrorisme contre cette mère et native de New York City étaient fausses. « Tout cela est totalement hypothétique, a-t-il déclaré. Ce n’est qu’un fantasme. »

Sujets associés : États-Unis - Terrorisme - Enlèvement

Aller plus loin

Maroc : drame à Taza

Un militaire à la retraite a été arrêté mercredi à Taza, après avoir froidement égorgé deux de ses fils dans leur sommeil, et tenté de tuer sa fille ainsi que sa femme. Une...

Mina Dich, condamnée pour terrorisme au Royaume-Uni, demande sa libération conditionnelle

Mina Dich, qui purge une peine de six ans de prison pour avoir été membre de la première cellule terroriste entièrement féminine de Grande-Bretagne, a récemment plaidé que « son...

Le témoignage poignant de Mathieu, fils d’un Marocain mort dans l’attentat de Nice

Mathieu Bousfiha, dont les parents sont morts dans l’attentat de Nice survenu le 14 juillet 2016, a témoigné vendredi devant la cour d’assises spéciale à Paris. Il raconte la...

Un Marocain de 16 ans condamné pour terrorisme à Madrid

Un mineur marocain de 16 ans, arrêté en juin dernier par la police d’Algete (Madrid), a été condamné mercredi pour terrorisme djihadiste. Une première dans la capitale espagnole.

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...