Une victoire pour les étudiantes voilées de Wallonie-Bruxelles

17 janvier 2021 - 08h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Les étudiants inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur ou de promotion sociale sous tutelle de Wallonie-Bruxelles Enseignement pourront désormais afficher des signes convictionnels dont le voile. Cette mesure entrera en vigueur à partir de septembre 2021.

Cette décision émane de Julien Nicaise, administrateur général de WBE, du conseil d’administration du pouvoir organisateur et des directions des hautes écoles, des écoles supérieures des arts et des instituts d’enseignement de promotion sociale dépendant de ce PO, rapporte La Dernière Heure.

« Deux principes ont guidé notre réflexion. Premièrement, les écoles officielles ont toujours eu pour tradition d’accueillir tous les étudiants, quelles que soient leurs caractéristiques. Ensuite, il nous est apparu nécessaire de réaffirmer les valeurs de tolérance et d’émancipation des jeunes adultes en faisant évoluer le principe de neutralité pour le rendre plus inclusif. On demande donc aux établissements de modifier leur règlement dans le sens d’une autorisation des signes convictionnels sauf si des raisons d’hygiène, de sécurité ou des exigences pédagogiques justifient leur interdiction », a expliqué Julien Nicaise.

Cette nouvelle mesure profiterait à 50 000 étudiants et étudiantes. Même si elle concerne tous les signes religieux, le responsable estime que c’est surtout le port du voile qui est visé : « Je ne vais pas être hypocrite, on sait bien que c’est surtout le voile qui est concerné. On a tous un avis personnel sur le sujet mais dans ce cas précis, c’est l’intérêt général qui a primé avec la volonté d’inclure les femmes qui portent un voile. On sait bien qu’un diplôme est un passeport indispensable pour l’emploi et l’inclusion en général. Les femmes inscrites en promotion sociale ou dans l’enseignement sont adultes, il est logique de ne pas les refuser et de privilégier une forme de neutralité qui permet de les inclure ».

En ce qui concerne l’enseignement obligatoire, il a assuré qu’il n’y a aucun changement en vue à ce stade. « Pour les mineurs, on continue à appliquer la règle tacite qui consiste à laisser la liberté aux écoles de décider d’autoriser ou pas les signes convictionnels. On n’a pas souhaité ouvrir la réflexion à l’enseignement obligatoire car ça nous semble plus délicat. Nous ne sommes pas mûrs », a-t-il certifié.

« Ne pas autoriser le port du voile dans l’enseignement supérieur revient à briser les élans de milliers de femmes. L’enseignement et l’emploi sont les principaux vecteurs d’émancipation dans notre société. Si on exclut les femmes musulmanes en raison du voile, il faut être conscient qu’on leur inflige une forme de violence morale et économique. En autorisant les femmes voilées à faire des études supérieures, on envoie au contraire un formidable message d’espoir à tout un pan de la société », a commenté Mustapha Chaïri, président du Collectif contre l’islamophobie en Belgique (CCIB).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bruxelles - Etudiants - Education - Voile islamique

Aller plus loin

Bruxelles : des manifestants disent non à l’interdiction du port de voile dans les écoles supérieures

La marche contre l’interdiction du port de voile dans les hautes écoles à Bruxelles, a eu lieu dimanche après midi au Mont des Arts. Les manifestants venus par centaines, selon...

Le hijab, objet de discrimination dans le monde de l’emploi en Europe

65 % des femmes musulmanes ont moins de chance de trouver un emploi aux pays-Bas, en Espagne et en Allemagne, selon une enquête publiée récemment sur le site Web de l’Université...

Bruxelles : Vers la fin des cours de religion dans l’enseignement ?

A Bruxelles, un groupe de députés issus de la majorité a proposé que les cours de religion et de morale non confessionnelle deviennent optionnels dans l’enseignement officiel...

La question du port du voile divise à Molenbeek

Le 31 août dernier, le conseil communal de Molenbeek a voté une résolution à ajouter dans le règlement de travail des agents communaux. Elle ouvre la porte du débat sur le port...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Amel, nouvelle chroniqueuse voilée sur TPMP, ne fait pas l’unanimité

Amel, la nouvelle chroniqueuse voilée de l’émission « Touche Pas mon Poste » de Cyril Hanouna, qui a fait sa première apparition lundi, divise les téléspectateurs.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Le hijab sur la pelouse : la Marocaine Nouhaila Benzina fait réagir la planète football

Le prédicateur marocain Ahmed Raissouni a pris la défense de la défenseure marocaine Nouhaila Benzina, première joueuse à porter le voile lors d’une coupe du monde féminine. Elle est la cible des extrémistes.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Au Maroc, les élèves fêtent la fin d’année scolaire en déchirant leurs cahiers

Au Maroc, des scènes des élèves déchirant leurs cahiers et livres pour annoncer la fin de l’année scolaire, se sont reproduites.