Faux diplomates, vrais arnaqueurs

26 mai 2021 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

La police judiciaire est activement à la recherche de faux diplomates qui ont fait de nombreuses victimes à Tétouan. Leur mode opératoire, arnaquer des hommes d’affaires sur les réseaux sociaux en leur proposant des faux projets d’investissements en dollars au Maroc.

Ces cybercriminels sont dans le viseur de la brigade régionale de la police judiciaire relevant de la préfecture de la sûreté nationale de Tétouan, rapporte le quotidien Al Akhbar qui précise que ces individus, qui se font passer pour des diplomates en fonction au Maroc, appâtent les hommes d’affaires locaux en leur proposant de nouer des partenariats avec des investisseurs étrangers pour la réalisation de projets de plusieurs millions de dollars au Maroc. Mais avant toute négociation, ils exigent des versements en dollars pour remplir les diverses formalités.

Après la plainte d’un jeune homme d’affaires, victime de l’arnaque de ces cybercriminels, la police judiciaire de Tétouan a ouvert une enquête. Le jeune homme confie à la police que les faux diplomates l’ont mis en contact avec une supposée militaire des Marine’s américaines qui avait annoncé sur les réseaux sociaux qu’elle et certains de ses collègues avaient découvert des millions de dollars au cours de l’une de leurs missions, et que par mesure de discrétion, ils ne peuvent l’investir dans leur pays et recherchent un partenaire de confiance pour réaliser des investissements dans un pays tiers. La victime a été ensuite orientée vers d’autres cybercriminels pour verser la somme de 50 000 DH qui, disent-ils, devraient servir à remplir des formalités.

L’enquête a permis à la police judiciaire de Tétouan de collecter quelques éléments de preuves, notamment des documents sur les transferts d’argent, des numéros de téléphone, des comptes bancaires sur les réseaux sociaux. Avec ces informations, la police judiciaire, très active dans la lutte contre la cybercriminalité, s’achemine lentement mais sûrement vers l’interpellation de ces cybercriminels.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tétouan - Enquête - Arnaque - Internet

Aller plus loin

Une Marocaine de France derrière une grosse arnaque

Une Marocaine résidant en France a mis en place un système pyramidal qui lui a permis d’arnaquer plus de 200 victimes au Maroc. Après avoir disparu avec l’argent, elle se fait...

Espagne : l’indicatif 212 du Maroc utilisé à des fins d’arnaque

En Espagne, des individus malintentionnés utilisent de plus en plus l’indicatif téléphonique du Maroc, 212, pour émettre des appels et messages à des fins d’arnaque.

France : il se fait arnaquer par des faux proches de la famille royale marocaine

Un vigneron français s’est fait arnaquer à plusieurs reprises par trois individus qui se sont fait passer qui pour un policier, un indic et un acteur. La victime, complètement...

Immigration au Canada : les étudiants marocains arnaqués par de faux cabinets

Les étudiants marocains sont ciblés par de faux cabinets d’immigration qui leur proposent de vivre et d’étudier au Canada contre le payement d’un montant de 50 000 dirhams. Mais...

Ces articles devraient vous intéresser :

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

AliExpress et Shein : la douane marocaine mène la vie dure aux acheteurs

Malgré la suppression de l’exonération des frais de douane sur les transactions d’une valeur inférieure à 1 250 DH, les Marocains n’ont pas arrêté de faire des achats en ligne à l’international, notamment sur les sites chinois (AliExpress et Shein)....

Le Maroc s’oriente vers une administration sans papier avec une nouvelle plateforme numérique

Le ministère délégué chargé de la Transition numérique entend développer une plateforme dénommée « le compte numérique de l’usager » pour améliorer la qualité des services de l’administration aux usagers.

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Maroc : fin des frais pour le paiement des factures sur internet

Les opérateurs économiques qui continuaient à prélever les frais de service à leurs clients lors des règlements des factures par voie électronique, ont mis fin à cette pratique, a annoncé mardi le Conseil de la concurrence.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.