Bruxelles : Fayçal Cheffou arrêté une nouvelle fois par la police belge

16 juin 2021 - 23h00 - Belgique - Ecrit par : J.D

Un prévenu atypique a été arrêté lundi soir par la police bruxelloise. Fayçal Cheffou, ce journaliste rendu célèbre dans son pays, par son arrestation par erreur dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Bruxelles, a été à nouveau interpellé aux abords de l’ambassade américaine de la capitale belge.

Fayçal Cheffou, patron d’un média en ligne lancé l’année dernière, a été arrêté par la police alors qu’il tournait une vidéo « live » de riverains bloqués par la police au niveau du secteur de l’ambassade américaine, révèle le journal Le Soir.

L’information est confirmée par le parquet et Me Olivier Martins, avocat du journaliste belge, qui avoue n’avoir pu rencontrer son client, depuis son interpellation. Ses confrères dénoncent quant à eux, une disparition sur la personne de Cheffou, «  mis arbitrairement en garde à vue pour avoir simplement exercé son métier…  », peut-on lire sur le site de Cité24. Mardi, le média a relayé une vidéo dans laquelle un activiste s’inquiétait de la vie de Fayçal qui, selon lui, pourrait faire les frais d’une mise à mort, une pratique en vogue dans les commissariats, dénonce cet activiste dans la vidéo. «  Ne faisons pas de Fayçal, un énième damné de la mort policière !  », écrit l’homme en commentaire de sa vidéo.

A lire : Attentats de Bruxelles : Fayçal Cheffou définitivement blanchi

Lundi soir, plusieurs riverains de la zone de l’ambassade américaine à Bruxelles étaient empêchés de rentrer chez eux en attendant le passage du convoi du président Joe Biden arrivé au sommet de l’Otan, avait rapporté en direct Fayçal Cheffou, sur la chaîne Cité 24 dont les studios se trouvent juste à côté de la scène.

À un moment, une policière lui demande de reculer de 50 mètres. “Ici visiblement, les policiers ont inventé des règles”, s’indigne le vidéaste toujours en direct. La policière veut ensuite contrôler son identité. En réaction, Fayçal Cheffou demande à son tour l’identité de la policière. Cette dernière accepte et laisse s’approcher Fayçal Cheffou pour filmer son matricule. C’est alors que les images se bousculent et que l’on entend le vidéaste sommer la policière de ne pas prendre son téléphone. La vidéo s’interrompt brusquement. Fayçal venait d’être arrêté par la police.

L’homme n’est pas à sa première interpellation, rappelle Le Soir. Le 31 janvier dernier, alors qu’il couvrait une manifestation contre les mesures Covid, Fayçal Cheffou avait été placé par la police assis, les mains attachées dans le dos et le visage couvert, très près d’une déjection de cheval, selon un article de Cité 24.

Il a été également la cible de la police en mars à Saint-Josse pendant qu’il filmait une interpellation. Son domicile avait par ailleurs été perquisitionné dans une procédure judiciaire le concernant. La justice montoise lui reproche en effet d’avoir usurpé la fonction de journaliste en présentant une fausse carte de presse au procès de la petite Mawda, tuée d’un coup de feu lors d’une course-poursuite entre la police et un véhicule transportant des migrants en mai 2018.

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Droits et Justice - Enquête - Arrestation

Aller plus loin

Attentats à Bruxelles : le parquet veut juger huit personnes en assises

Un document de 57 pages en guise de réquisitoire de renvoi dans le dossier des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. Le parquet fédéral requiert le renvoi en assises de huit...

Attentats de Bruxelles : les excuses de la justice à Fayçal Cheffou, quatre ans après

Fayçal Cheffou fait partie des trois suspects des attentats du 22 mars 2016 à propos desquels la Chambre du Conseil de Bruxelles est invitée à prononcer un non-lieu. Il s’est...

Attentats de Bruxelles : Fayçal Cheffou définitivement blanchi

Fayçal Cheffou, l’inculpé confondu à tort avec "l’homme au chapeau", l’un des terroristes des attentats du 22 mars 2016, a bénéficié d’un non-lieu devant la chambre du conseil...

Ces articles devraient vous intéresser :

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.