Fin du gazoduc Maghreb-Europe : un gain géopolitique « nul » pour l’Algérie

1er novembre 2021 - 13h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le non-renouvellement du gazoduc Maghreb-Europe traversant le Maroc pour desservir l’Espagne, n’est d’aucun intérêt pour l’Algérie du point de vue géopolitique, analyse le Journal du dimanche (JDD).

« Les Espagnols vont-ils pouvoir se chauffer cet hiver sans avoir à payer davantage ? Pas sûr. Comme annoncé au mois d’août, l’Algérie a mis fin dimanche à l’approvisionnement du gazoduc Maghreb-Europe. Inauguré en 1996 et opéré par le géant national Sonatrach, il acheminait chaque année 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel vers l’Espagne et le Portugal en passant par le Maroc », développe le JDD dans un article titré « Fermeture du gazoduc Maghreb-Europe : pourquoi l’Algérie imite la Russie dans la guerre du gaz ».

Pour le journal, ce non-renouvellement du GME par l’Algérie n’a d’autre objectif que de « punir » le Maroc avec lequel il a rompu en août les relations diplomatiques, car le péage dont bénéficiait le royaume « lui rapportait jusqu’à 200 millions d’euros par an », explique le journal, rappelant le « soutien constant de l’Algérie à « l’autodétermination du peuple sahraoui » au Sahara occidental » et les accusations algériennes selon lesquelles le Maroc serait derrière la révolte populaire du Hirak et aurait soutenu les « terroristes » des forêts de Kabylie.

À lire : Gazoduc : l’Algérie ferme le robinet au Maroc

« Le gain géopolitique de cette nouvelle initiative est nul mais les autorités algériennes s’en moquent, car la hausse des prix du gaz et du pétrole leur donne une marge de manœuvre… », fait observer Pierre Razoux, directeur académique de la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques (FMES). Depuis quelques années, le Maroc « a pris l’ascendant » dans la crise avec l’Algérie, passant « d’une posture défensive à une diplomatie offensive en Afrique et en particulier au Sahel », analyse pour sa part Flavien Bourrat, ancien responsable du programme Maghreb à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM). Et d’ajouter : « Il est possible que l’Algérie imite la Russie dans son utilisation du gaz en tant que levier dans les conflits politiques, comme on l’a vu récemment avec l’Ukraine ou la Moldavie ».

De son côté, le Maroc négocie avec l’Espagne la possibilité d’importer du gaz via le même gazoduc. L’Espagne, elle, devrait se contenter de l’engagement des autorités algériennes de continuer à l’approvisionner en gaz via le gazoduc Medgaz et en multipliant les livraisons de gaz naturel liquéfié par méthaniers.

Sujets associés : Espagne - Algérie - Gaz

Aller plus loin

Gazoduc : l’Algérie ferme le robinet au Maroc

L’Algérie vient de mettre fin au suspense. Elle a décidé de ne pas renouveler le gazoduc Maghreb-Europe traversant le Maroc dont le contrat vient à expiration le 31 octobre,...

Fin du GME : le Maroc ne connaitra pas une crise énergétique selon un expert

Suite à la rupture du contrat du GME par les autorités algériennes, les experts ont rassuré que cette décision n’aura aucun impact sur la fourniture de l’électricité au Maroc.

Gazoduc Maghreb-Europe : non au « chantage inacceptable » de l’Algérie

Des députés italiens ont dénoncé « le chantage inacceptable » de l’Algérie qui a décidé de ne pas renouveler le gazoduc Maghreb-Europe (GME) traversant le Maroc, arrivé à...

L’Espagne éclaboussée par la crise Maroc-Algérie

L’Espagne est directement touchée par la crise entre l’Algérie et le Maroc, laquelle a conduit à la rupture en août des relations diplomatiques entre les deux pays, et au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un nouveau champ gazier au Maroc

Le ministère marocain de la Transition énergétique et du développement durable vient d’accorder un nouveau permis pour l’exploitation d’un nouveau champ de gaz naturel à Douar Oulad Belkheir, dans l’ouest du royaume.

« Le Maroc deviendra le prochain hub énergétique »

Le Maroc est l’endroit idéal pour les investisseurs et deviendra le prochain hub énergétique. Ces mots sont de Yossi Abu, PDG de NewMed Energy, une société d’exploration, de développement et de production de gaz naturel et de pétrole israélienne qui...

Gaz : Sound Energy annonce des champs prometteurs au Maroc

La société britannique d’exploration gazière Sound Energy fait des progrès significatifs dans le cadre de la phase 2 de la concession de production de Tendrara et annonce de belles perspectives.

Champ gazier au Maroc : Predator Oil & Gas donne des nouvelles de Guercif

La société pétrolière et gazière Predator Oil & Gas, détentrice de la licence d’exploration de pétrole et de gaz onshore dans le nord-est du Maroc, amorce la première étape du processus centré sur l’évaluation de sables spécifiques au sein des...

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

SDX Energy fait une nouvelle découverte de gaz au Maroc

SDX Energy, l’explorateur gazier britannique qui exploite des gisements de gaz naturel dans le bassin du Gharb au Maroc, annonce avoir fait deux découvertes provenant des puits SAK-1 et KSR-20, récemment achevés. Ces découvertes ouvrent la voie à...

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Exploration gazière : nouveau contrat au Maroc

Chariot Limited a annoncé mardi la signature d’un accord pétrolier avec le Maroc pour une nouvelle licence d’exploration en onshore à Loukkos, au large de Larache.

Coup dur pour Sound Energy au Maroc

La société britannique d’exploration gazière Sound Energy exprime des inquiétudes à la suite de la confirmation d’une décision de l’administration fiscale marocaine. Elle redoute un risque de compromission des progrès de ses activités au Maroc.