Fraudes électorales, ça commence !

3 août 2002 - 03h13 - Maroc - Ecrit par :

"Les autorités locales de la Préfecture de Casablanca-Anfa ont procédé le 29 juillet 2002 à l’interpellation de deux femmes, en possession de photocopies de carte d’identité nationale appartenant à des citoyennes au niveau d’un quartier populaire relevant de la commune urbaine de Moulay Youssef", ont indiqué les services de l’administration locale.

Avant de préciser que"cette interpellation fait suite aux investigations menées depuis quelques semaines sur l’existence d’un réseau de rabatteurs s’activant auprès des citoyens, particulièrement au sein des couches défavorisées dans l’objectif de préparer le terrain à des tentatives de corruption à des fins électorales".

Les mises en cause ont été immédiatement présentées aux services compétents de la préfecture de police de Casablanca en vue d’approfondir l’enquête, de déterminer les responsabilités et d’identifier les commanditaires.

Selon la préfecture : "Il y a lieu de rappeler que les autorités locales et les services de sécurité, sensibilisés à maintes reprises pour observer une vigilance extrême en l’objet, demeureront mobilisés afin de détecter et de réprimer sévèrement et à temps, toute tentative de nature à porter atteinte à la crédibilité et à la transparence des échéances électorales à venir, conformément aux directives des pouvoirs publics en la matière".

Interrogé par "Libération", le wali de Casablanca, Driss Benhima a estimé que derrière le cas de ces personnes appréhendées, "il est clair qu’il se profile une tendance inquiétante chez des individus, vieux routiers de la fraude électorale, qui ont l’intention d’utiliser les mêmes méthodes délictueuses du passé". M. Benhima fait état d’indices et de fortes présomptions indiquant le recours de nombreux candidats potentiels à des moyens et des agissements contraires à l’éthique et aux dispositions légales régissant des élections libres et une compétition loyale.

Il est en effet, de plus en plus notable, que des individus, et des groupes s’activent, notamment dans les milieux populaires, à coups de moyens municipaux pour acheter le vote des citoyens.

Les Casablancais observent par exemple que des fontaines "poussent" miraculeusement dans plusieurs quartiers, des lots de produits alimentaires sont subitement mis à la disposition des nécessiteux, etc.

Le wali de Casablanca qui semble être très au fait de ces manoeuvres électoralistes résume la situation : "Ces affaires sont en train de se développer avec l’usage à la fois de moyens publics et de fonds privés. Dans tous les cas, c’est inacceptable. Parce que d’une part, cela enfreint à la fois la loi et la morale électorales, et porte atteinte à la crédibilité des élections, donc aux institutions démocratiques du pays. D’autre part, si ce phénomène venait à se développer, il pénaliserait les partis et les candidats sérieux. En ce sens que s’ils sont acculés à suivre la dérive de la fraude, ce serait la catastrophe, sinon, ils seraient les victimes d’une compétition déloyale, d’un combat inégal perdu d’avance. Résultat : ce serait la défaite de la démocratie ».

Dans ce premier cas révélé à Casablanca-Anfa, les femmes arrêtées accusent un ancien président de commune destitué, grand nomade politicard devant l’éternel, aujourd’hui protégé d’un « nouveau parti ». Le wali a refusé d’en révéler l’identité, mais la presse l’a déjà plusieurs fois mentionné. Maintenant, que peut faire la police ? Si l’on ose dire. Pour M. Benhima, les autorités doivent donner l’exemple. Etre intransigeantes sur les cas de fraude, d’usage d’argent, d’utilisation des moyens publics dans la campagne électorale. S’il est évident que le flagrant délit est parfois difficile à établir, l’idée est de traduire les contrevenants devant la justice, d’alerter l’opinion publique, et de sanctionner sévèrement quand cela est nécessaire. En tout cas, le wali de Casablanca affirme que « [lui-même> et ses services seraient intraitables ». Pour le reste, M. Benhima estime que c’est aux partis politiques de faire le ménage et de chasser les brebis galeuses. Vaste programme, M. le Wali !

Source : Liberation

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Vote MRE - Corruption - Partis politiques - Elections - Fraude

Ces articles devraient vous intéresser :

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...