Les adolescents marocains du "baiser Facebook" à nouveau au tribunal

22 novembre 2013 - 11h12 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Les deux adolescents, coupables de s’être fait un baiser et de l’avoir publié sur facebook, comparaissent aujourd’hui devant le juge au tribunal de première instance de Nador, au nord du Maroc.

Les adolescents sont poursuivis pour "comportement indécent en public et attentat à la pudeur", faits qui sont, d’après le code pénal marocain, passible de deux à cinq ans de prison. Mais d’après l’un de leurs avocats, Mbarek Buirik, les adolescents ne devraient pas être envoyés en prison.

Initialement prévu en octobre, le procès avait été renvoyé à aujourd’hui pour permettre une "enquête sociale" sur les adolescents et surtout sur leur environnement familial. Les trois adolescents (les deux amoureux et le photographe en herbe) avaient été placés dans des centres éducatifs fermés à Fès et Nador pendant quelques jours, avant de retrouver leurs familles suite à une mobilisation nationale et internationale.

Faute de moyens, c’est l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH), très active concernant les libertés individuelles et politiques, qui a chargé un avocat de les défendre. Ironie du sort, c’est une autre association locale de "défense des droits de l’Homme", qui a porté cette affaire devant le tribunal de Nador.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Nador - Droits et Justice - Procès - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Jeunesse - Facebook

Aller plus loin

Maroc : deux élèves expulsés pour un baiser

L’expulsion d’une élève originaire de Meknès surprise dans une salle de classe en train d’embrasser un camarade fait polémique sur les réseaux sociaux.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.