Le gouvernement marocain très critiqué sur la question des droits de l’homme

3 juillet 2021 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le gouvernement d’El Othmani doit montrer son engagement sur la question des droits de l’homme, notamment en ce qui concerne les recommandations émises par les organes des Nations Unies, a fait part Amina Bouayach, présidente du CNDH.

Depuis leur adoption, ces recommandations n’ont pas été mises en œuvre au Maroc par le gouvernement qui avait pour mission de les adapter aux lois nationales en créant un cadre juridique et institutionnel pour leur exécution. Une situation que dénonce la responsable des droits de l’homme.

Invitée à la rencontre inaugurale de la session de conférences pour la formation des étudiants doctorants organisée, en début de semaine, par la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, elle a exprimé la nécessité de mener des réflexions académiques et scientifique sur le sujet.

A lire : Peine de mort : le CNDH appelle le Maroc à voter en faveur du moratoire universel

« Il est judicieux de se demander quelles sont les raisons pour que le gouvernement ne mette pas en œuvre des recommandations qu’il a approuvées ? En tant qu’acteur des droits de l’homme, je considère que cela n’entraverait pas uniquement l’évolution des droits de l’homme au Maroc qui constitue un choix souverain et volontaire du pays », a-t-elle affirmé.

Au moment où le gouvernement invoque « la spécificité » pour justifier ses réserves quant à la mise en œuvre des termes de certaines conventions ratifiées par le Maroc, Mme Bouayach a fait savoir qu’elle comprendrait que certains thèmes nécessiteraient, d’après certains acteurs, des débats publics, qualifiant à cet égard le Royaume du Maroc, de « pays démocratique émergent, qui dispose d’institutions, de lois, de règles, et qui connaît un élargissement des libertés publiques… »

Et d’ajouter : « Mettre en œuvre le droit de manifester pacifiquement, le respecter et le garantir nous interpelle dans de nombreux cas en tant qu’institution nationale pour ceux qui l’exercent, d’une part, et ceux qui ont la responsabilité de maintenir l’ordre public, d’autre part, sachant que ce dernier est soumis à une obligation de légitimité, de proportionnalité et de nécessité en cas de l’usage de la force. »

A lire : Le CNDH en campagne contre les violences faites aux femmes et aux filles

La présidente du CNDH a précisé par ailleurs que les droits de l’Homme constituent un système cohérent comprenant 22 droits thématiques et 6 droits catégoriels et tous les droits fondamentaux auxquels il ne peut y être porté atteinte mais qui pourraient être soumis à des restrictions légales, ajoutant que « le seul droit absolu est le droit à la vie », auquel aucune restriction ne peut être portée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Conseil national des droits de l’Homme (cndh) - Saâdeddine El Othmani - Ministère de la Justice et des Libertés - Conseil de gouvernement - Amina Bouayach

Aller plus loin

Le CNDH vole au secours d’une fillette à Jerada

Pour des raisons de santé, une élève a été contrainte d’interrompre ses études à Jerada. C’est un cas qui préoccupe le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) qui...

Maroc : Amina Bouayach plaide en faveur de l’abrogation de la peine de mort

La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a salué le combat que mènent les défenseurs des droits de l’homme, contre la peine de mort au Maroc. Lors d’une...

Le Maroc répond aux accusations de Ned Price

Suite aux déclarations du Département d’État américain au sujet de la condamnation de Souleimane Raissouni à une peine de cinq ans de prison ferme pour une affaire de droit...

Le CNDH en campagne contre les violences faites aux femmes et aux filles

Dans le cadre de la «  Campagne mondiale des seize jours d’activisme contre la violence sexiste  », le conseil national des droits de l’homme (CNDH) au Maroc, a lancé le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Le Maroc pourrait taxer les superprofits des distributeurs pétroliers

Sur recommandation du Conseil de la concurrence, le gouvernement envisage d’inclure dans le projet de loi de finances 2023, l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les superprofits des distributeurs pétroliers.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Maroc : une aide directe aux veuves

Le Conseil de gouvernement, présidé par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, se réunira jeudi 6 avril pour examiner plusieurs projets de décrets, selon un communiqué du département du Chef du gouvernement publié lundi.

Maroc : une bonne nouvelle pour les salariés ?

Le dialogue social entre le gouvernement, le patronat et les syndicats va se tenir en septembre. Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va-t-il augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre, conformément à l’accord signé le 30 avril 2022 ?

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.