Bloqués en Syrie, Hafsa Sliti et ses enfants vont revenir en Belgique

1er novembre 2019 - 11h00 - Belgique - Ecrit par : I.L

Retenus dans le camp d’Al-Roj, aux mains de la milice kurde, une mère belge et ses enfants doivent être rapatriés par l’Etat belge de la Syrie dans un délai de 75 jours, ont ordonné les magistrats du Tribunal de Première instance de Bruxelles en référé. Cette information est confirmée par l’avocate de la jeune femme prisonnière en Syrie depuis février 2018.

Un an après l’allégeance de son père à Al-Qaïda et après son départ pour l’Etat islamique, Hafsa Sliti, la jeune femme belge, l’a rejoint en janvier 2015 avec ses deux enfants.

Désormais bloquée dans un camp kurde visé par les milices turques, elle avait fait part de ses regrets l’année dernière à un journaliste et du risque qu’elle a pris sur un coup de tête, souhaitant dès lors purger sa peine dans son pays, rapporte 7sur7.be.

Grâce à l’appui de son avocat, Nicolas Cohen, la jeune femme avait fait appel afin que les autorités belges lui délivrent des documents de voyage. Ces documents pourraient être transmis à une ONG qui interviendrait ensuite auprès des gardes kurdes du camp afin de faciliter leur rapatriement.

Selon l’avocat, le tribunal a estimé que les enfants disposent d’un droit subjectif à la protection, qui doit être assumé par l’État belge, rappelant que la mère et les enfants ont le droit d’être protégés contre des traitements inhumains et dégradants, et reconnaissant que les trois doivent disposer d’une protection consulaire de la part des autorités.

« Le juge a en outre constaté que l’État était bien en mesure d’agir, puisqu’il a déjà rapatrié plusieurs enfants en juin dernier. La décision est exécutoire, ce qui signifie que même si l’État interjette appel, il doit tout de même l’appliquer en attendant le verdict de la Cour », rassure Me Cohen.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Terrorisme - Al Qaïda - Droits et Justice

Aller plus loin

Pour une djihadiste marocaine arrêtée en Syrie, les terroristes ce sont les USA

Elle est de nationalité française et originaire du Maroc. Veuve d’un combattant de l’Etat Islamique, Um Walaa, on le voit bien, déteste les Etats-Unis. Pour elle, les...

Maroc : 51 ans de prison dans des affaires de terrorisme

Neuf individus ont été condamnés par la Cour d’Appel à un total de 51 ans de prison ferme dans huit dossiers séparés liés à des affaires de terrorisme. Les prévenus étaient...

Fin de cavale pour le djihadiste qui menaçait de détruire la Belgique

Actuellement en prison en Syrie, Abdellah Nouamane est un djihadiste anversois bien connu en Belgique. Son objectif principal était de détruire ce pays.

"La lutte contre le terrorisme ne doit jamais devenir la lutte contre les Musulmans"

Nagib Azergui, Fondateur et Président de l’Union des Démocrates musulmans français (UDMF), a réagi aux discours qui ont suivi l’attaque meurtrière de la Préfecture de Police de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.