Hannan Serroukh, mariée de force à l’âge de 14 ans, raconte

26 mai 2022 - 21h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

Hannan Serroukh, une Marocaine vivant à Barcelone, a réussi à échapper à un mariage forcé en 1987 alors qu’elle n’avait que 14 ans. Depuis lors, elle lutte contre ce fléau qui gangrène la société espagnole.

La Marocaine Hannan Serroukh lutte contre le mariage forcé en Espagne

Forcée à se marier à 14 ans, Hannan Serroukh se bat contre « ce fléau qui gangrène la société espagnole »

Serroukh a été la première femme à dénoncer un mariage arrangé en Espagne. Depuis sa fugue, elle se consacre à la lutte contre ce fléau qui prend de l’ampleur en raison, selon elle, de la « permissivité » de l’État avec les communautés islamiques. Selon les données du ministère de l’Intérieur, au moins 27 mariages forcés ont été enregistrés en Espagne depuis 2015, année au cours de laquelle cette pratique est devenue pénalement punissable (article 172 bis du Code pénal).

Mais il n’existe pas de données exactes pour ce crime pour lequel les victimes ne portent généralement pas plainte, fait savoir El Español. « Dans les années 80 où j’ai fugué, nous vivions dans une société où les immigrés étaient plus considérés et protégés. Aujourd’hui, les choses sont beaucoup plus difficiles pour ceux qui vivent la même situation. Les communautés sont devenues de véritables ghettos… Les mariages forcés ont lieu sous le couvert d’un multiculturalisme incompris », déplore Serroukh.

À lire : Un mariage arrangé au Maroc finit par un procès pour viol en Espagne

Serroukh est née à Barcelone en 1974, de parents marocains. Après la mort de son père alors qu’elle n’avait que six ans, sa mère s’est remariée à un autre Marocain, un extrémiste religieux ayant des liens avec le groupe des Frères musulmans. Quand elle a eu 14 ans, ce dernier a voulu la marier de force à un homme d’origine pakistanaise pour lui permettre d’entrer légalement en Espagne. C’est alors que Serroukh s’est enfuie de Figueres (Gérone) où elle vivait avec sa mère et son beau-père pour venir à Barcelone où elle a été prise en charge par les autorités.

Malheureusement, les choses ont changé dans le mauvais sens, déplore-t-elle. Lorsqu’une femme refuse un mariage arrangé, la communauté religieuse ou de son pays d’origine exerce une forte pression sur la famille qui, pour laver son honneur, persécute et harcèle la femme pour lui faire changer d’avis. Dans le pire des cas, la femme finit par être tuée, explique Serroukh, dénonçant une pratique qui se répand en Catalogne. Selon les statistiques de l’Intérieur, 14 des 27 mariages forcés enregistrés en Espagne ont été recensés dans cette communauté autonome.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Barcelone - Mariage forcé - Femme marocaine

Aller plus loin

Un mariage arrangé au Maroc finit par un procès pour viol en Espagne

Une Marocaine a déposé une plainte contre son mari, également d’origine marocaine, devant le tribunal de Saragosse. Elle demande de le condamner pour viol.

Mariage forcé : acquittement d’une famille marocaine à Barcelone

Le tribunal de Barcelone vient d’acquitter les parents d’une jeune fille marocaine, accusés de séquestration dans le but de l’obliger à se marier de force avec un cousin resté...

Une jeune sahraouie rejoint l’Espagne pour échapper à un mariage forcé

Condamnée à se marier à un homme qu’elle n’aime pas, une jeune sahraouie a réussi à s’échapper. Elle a rejoint Barcelone avec des papiers illégaux.

Le corps de Fatima, qui s’est suicidée pour éviter un mariage forcé, rapatrié au Maroc

La jeune Marocaine qui s’était suicidée vendredi par pendaison, sera rapatriée très bientôt au Maroc. La Mairie de Roldán, dans le sud-est de l’Espagne, devrait en partie...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...