Voici comment l’intelligence artificielle voit les Marocains (photos)

22 février 2023 - 18h50 - Monde - Ecrit par : P. A

Le magazine Düşünbil Dergisi a publié sur Twitter une série d’images de ressortissants de 19 pays dont le Maroc réalisées par l’intelligence artificielle (IA). La publication a suscité une vague de commentaires mitigés.

L’expérience consistait à voir à quoi ressembleraient des familles typiques de 19 pays du monde sous forme de portraits produits par l’intelligence artificielle (IA). Ont été prises en compte des familles du Maroc, de France, d’Italie, d’Espagne, de Chine, d’Allemagne, du Brésil, des États-Unis, d’Argentine, de Pologne, d’Égypte, de Serbie, d’Israël, de Turquie, du Japon, des Philippines, de Russie et du Mexique.

Des Marocains, dites vous ?

Le système d’intelligence artificielle utilise certains algorithmes pour créer des images réalistes sur la base d’images réelles récupérées sur Internet. Plusieurs outils et logiciels tels que Stable Diffusion, TensorFlow, Keras, PyTorch, permettent de générer des images à l’aide de l’intelligence artificielle. L’utilisation de cette technologie apporte des avantages comme un gain de temps et une augmentation de la productivité. L’IA est aussi un bon outil de création pour les entreprises à la recherche d’innovation et de nouvelles idées ainsi que pour les débutants et les connaisseurs en art et en design.

Des Marocains, dites vous ?

À lire : Le Maroc mise 50 millions DH sur l’intelligence artificielle

En revanche, son utilisation dans le domaine de l’art pose problème. La question se pose de savoir si une machine peut faire preuve de créativité et d’ingéniosité au même titre que l’être humain. « Si des esprits artistiques capables de produire des œuvres d’une subtilité, d’une complexité et d’une profondeur inégalées pouvaient être banalisés par une minuscule puce, cela tuerait leur sens d’humanité », a déclaré Douglas Hofstader, un scientifique, philosophe et universitaire américain.

Des Marocains, dites vous ?

Par ailleurs, le contenu créé à partir de l’intelligence artificielle est libre de licence, c’est-à-dire qu’elle n’est la propriété de personne. Selon l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), seule une personne peut être l’auteur d’une œuvre. Celui qui utilise l’intelligence artificielle pour produire une image n’est pas considéré comme l’auteur d’une œuvre. Aussi, la valeur artistique de ces œuvres est-elle aussi remise en question. « L’IA peut traiter l’information, mais elle ne peut pas dessiner. Elle ne peut pas capturer un sentiment, un visage ou la douceur d’un visage humain », a déclaré le cinéaste et réalisateur Guillermo del Toro.

Des Marocains, dites vous ?

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Hi Tech - Informatique - Internet - Photos

Aller plus loin

L’intelligence artificielle prédit le vainqueur de la Coupe d’Afrique

Le Maroc figure parmi les favoris de la 33ᵉ édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2022) dont le coup d’envoi sera donné ce soir au stade d’Olembe de Yaoundé de...

Les algorithmes sont-ils racistes ?

L’intelligence artificielle produit régulièrement des résultats empreints de discrimination, de racisme à travers la reproduction des biais humains. Conscients de cet état de...

La première Miss IA du monde est...une Marocaine

L’influenceuse numérique marocaine portant le hijab Kenza Layli, fervente militante pour l’autonomisation des femmes, a été couronnée première Miss IA mondiale lors des Fanvue...

Que pensent les Marocains de ChatGPT ?

Le groupe Sunergia, un cabinet d’études de marché, pionnier du marketing au Maroc et en Afrique, a mené une étude sur l’utilisation et la perception des Marocains sur ChatGPT,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Maroc : fin des frais pour le paiement des factures sur internet

Les opérateurs économiques qui continuaient à prélever les frais de service à leurs clients lors des règlements des factures par voie électronique, ont mis fin à cette pratique, a annoncé mardi le Conseil de la concurrence.

Le Maroc accélère son déploiement de la 5G

Le Maroc s’active pour disposer d’une connexion internet 5G avant 2030, année où il co-organisera la Coupe du monde 2030 avec l’Espagne et le Portugal.

Maroc : La mort en spectacle sur TikTok

S’il y a une fâcheuse tendance qui se développe de plus en plus au Maroc, c’est bien la banalisation de la mort sur TikTok et d’autres réseaux sociaux par des influenceurs marocains.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Le Maroc accélère sur la 5G en vue de la coupe du monde 2030

Le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration aura à charge la gestion des télécommunications lors de la coupe du monde 2030. Ainsi en a décidé le Comité marocain d’organisation du tournoi.

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...