Des journalistes marocains ciblés par des faux comptes Facebook

21 novembre 2022 - 16h10 - Maroc - Ecrit par : S.A

De faux comptes auraient été utilisés pour attaquer des journalistes marocains détenus comme Omar Radi et Soulaimane Raissouni dans le cadre d’une campagne en ligne coordonnée, afin de restreindre la liberté de presse au Maroc. C’est ce que révèle une enquête menée par le DFRLab basé aux États-Unis, en collaboration avec le Global Reporting Center et le projet de désinformation de l’Université Simon Fraser.

D’après l’enquête, un réseau de 43 comptes Facebook utilisaient de faux profils, des messages synchronisés et d’autres tactiques dans le cadre d’une campagne en ligne coordonnée pour calomnier Omar Radi jusqu’à son arrestation le 29 juillet 2020. C’est le média Chouf TV qui a d’ailleurs, dans un article, appelé à l’arrestation du journaliste. Ensuite, cet article et d’autres dénonçant Omar Radi ont été partagés et appréciés avec enthousiasme par les utilisateurs de Facebook. Des commentaires qualifiant Radi de « traître maudit », d’« espion » et de « vendeur » avaient été émis.

À lire : Facebook suspend des comptes actifs depuis le Maroc

Le même réseau de 43 faux comptes a également attaqué Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du journal indépendant Akhbar al-Yaoum. Chouf TV et d’autres organes d’information alignés sur l’État avant et après son arrestation en mai 2020 y ont contribué. Omar Radi a été condamné en appel à six ans de prison ferme pour des accusations d’“espionnage” et de “viol”, tandis que Soulaimane Raissouni, a écopé de cinq ans de prison pour « agression sexuelle ».

À lire : Facebook : les comptes de 18 millions de Marocains piratés

Les résultats de l’enquête ont poussé Meta – la société mère de Facebook – à supprimer les 43 comptes en mai 2022. Ces comptes étaient liés à un réseau précédent de 385 comptes, six pages Facebook et 40 comptes Instagram que Meta a “déplateformés” en février 2021.

Sujets associés : États-Unis - Enquête - Facebook - Omar Radi - Soulaimane Raissouni

Aller plus loin

La condamnation d’Omar Radi préoccupe les États-Unis

Les États-Unis se disent “préoccupés” par le cas du journaliste marocain Omar Radi, également défenseur des droits humains, condamné en appel à six ans de prison ferme pour viol...

Le Maroc fait plier Facebook

Une adresse e-mail est disponible depuis ce mercredi 27 novembre pour recevoir les réclamations des utilisateurs marocains des réseaux du groupe Facebook, liées à la protection...

Les faux comptes marocains pro-Israël dévoilés

Eekad, une plateforme d’investigation de la région arabe, affirme avoir démasqué de faux comptes marocains soutenant la normalisation des relations avec Israël. Le Qatar...

Qui est derrière les comptes anti-marocains sur Facebook ?

Facebook a supprimé plusieurs comptes, pages et groupes, qui menaient des « campagnes de manipulation » depuis l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, contre des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Achraf Hakimi fait des promesses aux Marocains

À quelques heures du départ de la sélection nationale du Qatar, l’international marocain Achraf Hakimi s’est adressé aux supporters marocains dont le soutien a été déterminant tout au long de la compétition.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

La police marocaine et Facebook lancent « Alerte-enlèvement »

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) met en place actuellement un nouveau système de protection de la sécurité des citoyens, des résidents et des étrangers. Il s’agit d’un programme innovant et intégré d’alerte et de recherche des...

Darija sur Wikipédia : un concours qui divise

La page Facebook Wikimedia Maroc a lancé un concours préconisant l’utilisation du dialecte marocain (darija) en lieu et place de l’arabe littéraire qui soulève de vives polémiques.

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.