Légalisation du cannabis au Maroc : voici les résultats des premières études

5 mai 2021 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

L’utilisation du cannabis à des fins médicales, cosmétiques et industrielles était au cœur d’une journée d’étude qui s’est déroulée ce mardi. Cette journée de réflexion a porté sur « les études d’opportunités réalisées par le ministère de l’Intérieur sur le développement national du cannabis à des fins médicales, cosmétiques et industrielles ».

Suite au démarrage de l’examen en commission par les députés des dispositions du projet de loi N°13.21 lié aux usages licites du cannabis, cette journée organisée ce mardi par la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville a permis de mettre au clair les données dont dispose le gouvernement sur les études déjà réalisées. Ainsi, « il n’y a rien à cacher », a indiqué le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit, lors de cette réunion, soulignant qu’en vue de trouver les bonnes issues pour une exploitation licite du cannabis, une étude sur l’importance de développer du chanvre indien à des fins médicales au niveau national a été réalisée.

Cette étude a révélé que le royaume dispose de prometteuses opportunités pour le développement du chanvre indien à des fins médicales, cosmétiques et industrielles, grâce à son climat, son sol, le savoir-faire des agriculteurs et surtout, son positionnement stratégique à proximité du marché européen en pleine émergence. Par ailleurs, le texte permettra de mieux développer les revenus des agriculteurs et facilitera la création d’opportunités d’emplois pérennes. De plus, ce projet de loi vise la protection des agriculteurs contre les réseaux de trafic international de drogues, a affirmé le ministre.

En outre, le projet de loi N°13.21 relatif aux usages licites du cannabis présenté par Laftit, vise à freiner les conséquences des cultures illicites du cannabis sur la santé publique et sur l’environnement, principalement la déforestation, l’épuisement des sols et des ressources hydriques, la pollution des nappes phréatiques et autres. De même, cette loi vise la création des règles juridiques, organisationnelles et procédurales indispensables afin de bannir le détournement de la légalisation de ses objectifs légaux. Par ailleurs, suite à la reconnaissance des vertus du cannabis par les Nations Unies, plusieurs pays d’Europe, d’Amérique, d’Afrique et d’Asie ont développé des approches rentables à ce sujet, en mettant en place des lois permettant sa légalisation et ses usages licites, a conclu Laftit.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Etude - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Cannabis - Parlement marocain

Aller plus loin

Le cannabis et ses dérivés débattus à Tanger

La ville de Tanger abrite du 20 au 22 mai, le premier congrès marocain sur l’utilisation des dérivés du cannabis sous le thème  : « Y a-t-il des limites à la recherche...

Maroc : un grand pas après la légalisation de la culture du cannabis à usage médical

Le décret portant application de certaines mesures relatives à l’usage licite du cannabis au Maroc, notamment les régions autorisées pour sa culture et sa production est...

Maroc : d’autres régions pourront cultiver légalement le cannabis

Le gouvernement vient d’adopter le projet de décret n° 2.22.159 portant application de certaines dispositions de la loi n° 13.21 relative à l’usage légal du cannabis à des fins...

Le cannabis marocain intéresse les investisseurs israéliens

Le projet de loi sur l’usage légal du cannabis est en attente d’examen au parlement. En prévision de l’adoption de ce texte, plusieurs opérateurs économiques israéliens ont déjà...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...