La légalisation du cannabis au Maroc va accroître les revenus des agriculteurs

23 avril 2021 - 20h20 - Maroc - Ecrit par : J.D

Les agriculteurs marocains de cannabis verront leurs revenus s’accroître si le parlement venait à entériner l’actuel projet de loi relatif aux usages licites du produit psychotrope. C’est ce qu’a déclaré jeudi à Rabat, le ministre marocain de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

Le projet de loi 13.21 relatif aux usages licites du cannabis vise non seulement à améliorer les revenus des agriculteurs mais aussi à créer d’énormes opportunités d’emploi pérenne, a soutenu le ministre qui s’exprimait devant les membres de la commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants.

Selon le ministre, une étude a montré que le Royaume dispose un climat favorable, un sol de qualité, le savoir faire des agriculteurs traditionnels et une position stratégique proche du marché européen en plein essor. À cet égard, le pays tient une opportunité réelle et prometteuse de développement du cannabis médical, pharmaceutique et industriel, a conclu le rapport de cette étude commanditée dans le cadre du projet de réforme législative relative aux usages du cannabis au Maroc.

Selon le ministre, la réforme a pour entre autres objectifs de réduire les effets néfastes des cultures illégales sur la santé publique et sur l’environnement. Citant en exemple les quelque 1 000 ha de forêts détruits par an par les agriculteurs illégaux au Maroc, Abdelouafi Laftit se dit confiant que le cadre juridique en vue pourra impacter positivement les sols et les ressources hydriques et même la nappe phréatique. Toute chose qui va permettre au Maroc de respecter entièrement ses engagements internationaux. L’autre avantage souligné par le ministre a trait au volet social. Pour lui, le texte de loi en protégeant les agriculteurs locaux des réseaux de trafic international de drogues assure une fonction sociale indéniable, gage d’un capital humain.

Les attributions de l’Agence nationale de régulation des activités du cannabis ont été exposées par le ministre. En tant qu’institution publique chargée de la régulation, elle sera le cordon ombilical entre les professionnels du secteur et l’administration dans tout son ensemble. Dotée d’une autonomie de gestion, elle sera chargée de l’octroi et du renouvellement des autorisations d’exercice. Elle assurera également le suivi, la coordination, le conseil et l’encadrement technique des agriculteurs.

La communication du ministre n’a pas fait fi du dispositif de contrôle de la mise en œuvre de la loi en cas d’adoption. Il est prévu le suivi du cannabis licite dans toutes les étapes de sa chaîne de production, de transformation, d’importation, d’exportation et de commercialisation et la tenue de registres permettant d’assurer le suivi du stock et le second porte sur l’étiquetage et l’emballage de cette matière, a-t-il précisé. Viennent en appoint au respect de tout ce dispositif, les officiers de la police judiciaire, les agents des douanes, des eaux et forêts, ainsi que des agents assermentés désignés par l’Agence.

Sujets associés : Droits et Justice - Drogues - Abdelouafi Laftit - Trafic - Haschich - Cocaïne

Aller plus loin

Légalisation du cannabis : voici les revendications des petits cultivateurs

Les cultivateurs du cannabis des provinces d’Al Hoceima et de Chefchaouen ont décidé de fédérer leurs énergies pour défendre leurs droits, en attendant la promulgation de la...

L’urgence de mettre en application la loi sur la régularisation du cannabis marocain

Votée depuis plusieurs mois, la loi 13-21 régularisant la production du cannabis à des fins médicales, cosmétiques et industrielles au Maroc doit être mise en application de...

La légalisation du cannabis : une « bouffée d’air frais » pour le Maroc

La légalisation du cannabis est une « bouffée d’air frais » pour le Maroc et une alternative économique à la contrebande dans les zones frontalières de Ceuta et Melilla, estime...

Maroc : en attendant la loi, les cultivateurs de cannabis entre espoir et réserve

Traditionnellement cultivé depuis des siècles dans la clandestinité au Maroc, le cannabis fait objet d’une procédure législative devant autoriser son usage médical et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.