La légalisation du cannabis au Maroc va accroître les revenus des agriculteurs

23 avril 2021 - 20h20 - Maroc - Ecrit par : J.D

Les agriculteurs marocains de cannabis verront leurs revenus s’accroître si le parlement venait à entériner l’actuel projet de loi relatif aux usages licites du produit psychotrope. C’est ce qu’a déclaré jeudi à Rabat, le ministre marocain de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

Le projet de loi 13.21 relatif aux usages licites du cannabis vise non seulement à améliorer les revenus des agriculteurs mais aussi à créer d’énormes opportunités d’emploi pérenne, a soutenu le ministre qui s’exprimait devant les membres de la commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants.

Selon le ministre, une étude a montré que le Royaume dispose un climat favorable, un sol de qualité, le savoir faire des agriculteurs traditionnels et une position stratégique proche du marché européen en plein essor. À cet égard, le pays tient une opportunité réelle et prometteuse de développement du cannabis médical, pharmaceutique et industriel, a conclu le rapport de cette étude commanditée dans le cadre du projet de réforme législative relative aux usages du cannabis au Maroc.

Selon le ministre, la réforme a pour entre autres objectifs de réduire les effets néfastes des cultures illégales sur la santé publique et sur l’environnement. Citant en exemple les quelque 1 000 ha de forêts détruits par an par les agriculteurs illégaux au Maroc, Abdelouafi Laftit se dit confiant que le cadre juridique en vue pourra impacter positivement les sols et les ressources hydriques et même la nappe phréatique. Toute chose qui va permettre au Maroc de respecter entièrement ses engagements internationaux. L’autre avantage souligné par le ministre a trait au volet social. Pour lui, le texte de loi en protégeant les agriculteurs locaux des réseaux de trafic international de drogues assure une fonction sociale indéniable, gage d’un capital humain.

Les attributions de l’Agence nationale de régulation des activités du cannabis ont été exposées par le ministre. En tant qu’institution publique chargée de la régulation, elle sera le cordon ombilical entre les professionnels du secteur et l’administration dans tout son ensemble. Dotée d’une autonomie de gestion, elle sera chargée de l’octroi et du renouvellement des autorisations d’exercice. Elle assurera également le suivi, la coordination, le conseil et l’encadrement technique des agriculteurs.

La communication du ministre n’a pas fait fi du dispositif de contrôle de la mise en œuvre de la loi en cas d’adoption. Il est prévu le suivi du cannabis licite dans toutes les étapes de sa chaîne de production, de transformation, d’importation, d’exportation et de commercialisation et la tenue de registres permettant d’assurer le suivi du stock et le second porte sur l’étiquetage et l’emballage de cette matière, a-t-il précisé. Viennent en appoint au respect de tout ce dispositif, les officiers de la police judiciaire, les agents des douanes, des eaux et forêts, ainsi que des agents assermentés désignés par l’Agence.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Drogues - Abdelouafi Laftit - Trafic - Haschich - Cocaïne

Aller plus loin

Légalisation du Cannabis : Al Hoceima et Chefchaouen militent pour leur spécificité

Les agriculteurs de chanvre indien des provinces d’Al Hoceima et Chefchaouen ont créé un comité de coordination des zones d’origine de la plante du cannabis. Celui-ci est...

Légalisation du cannabis : les producteurs de Kétama veulent sortir de la clandestinité

Le projet de légalisation de l’usage médical du cannabis réjouit certains producteurs de la région montagneuse de Kétama qui veulent saisir l’opportunité.

Appel à une amnistie générale en faveur des cultivateurs de cannabis

Le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi appelle à une amnistie générale des agriculteurs condamnés pour la culture du cannabis. Avec...

Loi sur l’usage du cannabis : fuite d’un enregistrement audio d’Abdelilah Benkirane

Un enregistrement audio de l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane portant sur le projet de loi 13-21 relatif à l’usage légal du cannabis a été diffusé par mégarde...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.