Maroc : qui pourra cultiver et produire le cannabis ?

23 avril 2021 - 19h40 - Maroc - Ecrit par : J.D

Dans un exposé devant la commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, le ministre Abdelouafi Laftit a énuméré jeudi, les conditions fixées par la future loi pour la culture et la production de cannabis dans le royaume.

À en croire le ministre de l’Intérieur, la loi exige désormais une autorisation à toute personne désirant de s’investir dans la culture et de la production du cannabis au Maroc. Laquelle autorisation sera octroyée uniquement aux nationaux résidents sur le territoire national. De plus, le cadre légal en gestation va calibrer les quantités nécessaires aux usages médicaux, industriels et pharmaceutiques, a souligné le ministre de l’Intérieur, ajoutant que les agriculteurs seront astreints d’adhérer à des coopératives créées spécialement à cette fin et qui seraient liées, en vertu de contrats, à des entreprises d’industrialisation et de transformation de cannabis ou à des sociétés d’export autorisées à commercialiser les récoltes. Cette disposition vise à contrer les actes de détournement de la légalisation à d’autres fins, a expliqué le ministre Laftit.

En ce qui concerne la réalisation et l’exploitation de pépinières de cannabis ainsi que l’export et l’importation des semences et des plants, le texte de loi interdit qu’ils soient vendus aux personnes non autorisées à cultiver et à produire le cannabis, a-t-il relevé, expliquant qu’il s’agit là de l’une des garanties principales pour restreindre cette culture exclusivement aux personnes disposant une autorisation. Le but est de ne pas perpétuer les réseaux de trafiquants.

Ainsi, la transformation et l’industrialisation du cannabis et ses dérivés peuvent être prises en charge par toute société de droit marocain disposant d’espaces de stockage sécurisés et surveillés, une entreprise capable de respecter le cahier de charges et de définir les modalités de transport des produits dérivés du cannabis dans les conditions favorables à la conservation de la qualité du produit.

Faudra-t-il le rappeler, le Maroc, premier pays producteur mondial de cannabis et ses dérivés a enclenché une procédure législative visant l’adoption d’une loi sur l’usage médical, cosmétique et thérapeutique du cannabis. Le texte de loi déjà amendé par le gouvernement est à l’étude au parlement.

Sujets associés : Abdelouafi Laftit - Trafic - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Cannabis - Légalisation du cannabis au Maroc - Parlement marocain

Aller plus loin

Appel à une amnistie générale en faveur des cultivateurs de cannabis

Le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi appelle à une amnistie générale des agriculteurs condamnés pour la culture du cannabis. Avec...

Maroc : plus de 140 000 ménages vivent de la culture du cannabis

Le Maroc est le premier producteur mondial de résine de cannabis (haschisch), selon le rapport mondial sur les drogues de 2016, publié par l’Office des Nations Unies contre la...

Légalisation du cannabis : les producteurs de Kétama veulent sortir de la clandestinité

Le projet de légalisation de l’usage médical du cannabis réjouit certains producteurs de la région montagneuse de Kétama qui veulent saisir l’opportunité.

Le PJD va-t-il bloquer l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis ?

Le Parti justice et développement (PJD) semble déterminé à bloquer l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis. Son secrétaire général Saâdeddine El Othmani,...

Ces articles devraient vous intéresser :

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Un vaste mouvement de mutation parmi les agents d’autorité au Maroc

Fidèle à sa tradition, le ministère de l’Intérieur a procédé au mouvement de mutation dans les rangs des agents d’autorité, touchant 43 % de l’effectif total de ce corps exerçant à l’administration territoriale.

Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouvernement a demandé aux autorités locales et régionales de prendre des mesures urgentes pour réduire le gaspillage de l’eau, voire de rationner sa consommation.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.