Lettre Ouverte à Monsieur le Premier ministre

23 juin 2002 - 16h37 - Maroc - Ecrit par :

Monsieur le Premier Ministre,

Durant les quatre premiers mois de l’année 2002, les Marocains résidents à l’étranger (MRE) auront transféré pour près de 10 milliards de dirhams au Maroc, soit 46,5% de plus que la moyenne enregistrée au cours de la même période durant les cinq dernières années ! C’est dire l’importance de leur contribution à l’économie nationale. Or, nous apprenons que nous sommes sans explication aucune privés de nos droits constitutionels à savoir : Voter, se porter candidat ou tout simplement s’inscrire sur les listes électorales. Votre politique incompréhensible nous laisse supposer que vous considérez que les (MRE) comme demi-citoyens. Que ces citoyens pourtant Marocains ne sont la que pour apporter un soutien financier à l’état et qu’il ne faut en aucun cas les impliquer dans l’administration du pays.

La politique marocaine en matière d’émigration déconcerte, et l’imprécision qui la caractérise est toujours source de quiproquos. Aucune réelle analyse stratégique n’a jamais été esquissée avec les principaux acteurs : les émigrés eux même. L’ère des amicales avec leurs Chikhates est révolue, démodée et qui ne trompe plus personnes.

La réaction normale et qui revient lancinante " Pourquoi cette communauté est toujours mise à l’écart ? Pourquoi n’est t-elle pas représentée dans la chambre parlementaire ? Pourquoi n’avons-nous pas de ministère ? Une structure bien établie, bien carrée ? " Ne peut-on pas bénéficier d’un traitement identique à celui des régions ? Khmiss Zmamra, Tlat sidi bougadra ont leurs députés qui les représentent et qui défendent leurs intérêts.

Inès 5 ans, Mehdi 4 ans, mes propres enfants qui tous les ans envoient une carte de vœu au Roi d’Espagne pour lui demander la rétrocession de nos deux villes Sebta et Melilla ne peuvent pas être des citoyens marocains tout simplement parce que je n’ai pas eu le temps de les déclarer deux mois après leurs naissances au consulat du Maroc. Aujourd’hui, il faut qu’on passe en jugement au tribunal, au Maroc, pour qu’ils soient sujets marocains, un non-sens hallucinant vu que je n’avais pas le temps d’aller à Marseille. De ce fait ils sont français, alors qu’ils ne renient pas la patrie de leur papa.

Mon cas est banal par rapport à toutes les tracasseries administratives que vit la communauté marocaine.

Imaginons un seul instant que cette communauté se ressaisisse, qu’elle crée son propre parti politique, ne sera-t-il pas le plus puissant du Maroc, avec sa propre banque. On a des élites et on a de l’argent.

Pur fantasme ? Je suis certain que vous avez vous-même la réponse.

Toutes les Inès et tous les Mehdi enverront-ils des devises plus tard ? Combien de milliards rapportera cette communauté en 2010 ? En 2015 ? Je laisse le soin à nos économistes de se pencher sur la question. Une opération de séduction par-ci par la ne suffit plus, il est grand temps de nous intégrer, de nous impliquer, voir de profiter de notre savoir pour l’intérêt du pays, faire de nous des acteurs actifs, participatifs. Tous les cas de vaches folles ont été détectés sur des vaches laitières.

Nous priver du droit de voter c’est nous signifier que les citoyens vivants au pays sont plus marocains que nous, je n’ose dire à mes enfants qu’on veut bien de leurs devises, mais pas de leurs voix, ni de leur citoyenneté !

Veuillez agréer Monsieur le Premier ministre l’expression de mes salutations distinguées.

Aichfakir Radouane
Citoyen Marocain à part entière jusqu’au mois de Séptembre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Vote MRE - Droits et Justice - Elections - Aberrahmane El Youssoufi

Ces articles devraient vous intéresser :

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...