Loi de finances 2013 : Benkirane prend aux riches pour donner aux pauvres

24 octobre 2012 - 15h40 - Economie - Ecrit par : J.L

Le projet de Loi de finances 2013 adopté lundi 15 octobre par le Conseil du gouvernement continue de créer des remous au sein de la population la plus aisée, qui refuse que ses revenus soient surtaxés pour alimenter le fonds de cohésion sociale de deux milliards de dirhams.

Le projet de loi concernera les personnes dont le revenu net annuel se situe entre 300.000 et 600.000 dirhams (3%), ainsi que les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse les 20 millions de dirhams. Les personnes touchant plus de 600.000 dirhams par an, seront elles taxées à hauteur de 5%.

Les entreprises qui réalisent entre 20 à 50 millions de dirhams de chiffre d’affaires par an, devront verser 0,5% au Trésor public, à compter du 1e janvier 2013. Cette taxe sera de 1,5% pour les entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions de dirhams.

Les recettes générées alimenteront le Fonds d’appui à la cohésion sociale, et notamment les soins médicaux de huit millions de personnes via le Ramed.

Aujourd’hui, le ministre des Finances Nizar Baraka exposera les grandes lignes du projet de loi de finance en séance plénière devant les deux chambres du parlement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Politique économique - Compétitivité - Nizar Baraka - Impôts - Abdelilah Benkirane - Fonds - Gouvernement marocain - Ramed - Ministère de l’Economie et des Finances

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Maroc : L’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur

Quelques années après son adoption, la loi n° 114-13 du 19 février 2015 relative au statut de l’autoentrepreneur a montré ses limites. Seuls les chefs d’entreprise du royaume en tirent grand profit.

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...

Maroc : bonne nouvelle pour les fonctionnaires

Le gouvernement marocain et les syndicats auraient trouvé un accord en ce qui concerne l’augmentation générale des salaires des fonctionnaires.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Aide au logement au Maroc : le flop ?

Applaudi à son lancement, l’aide au logement ne suscite plus le même engouement. À ce jour, 8 500 personnes ont bénéficié de cette subvention.

On reparle encore d’un impôt sur la fortune au Maroc

L’impôt sur la fortune pourrait être instauré dans le projet de loi de finances 2023 (PLF2023) actuellement en cours de finalisation par le gouvernement. Il devrait contribuer à renflouer les caisses de l’État en ces temps de crise.

Maroc : la traque des avoirs cachés commence

L’administration fiscale marocaine va mener une opération de contrôle des avoirs dormant à domicile afin d’assurer une meilleure transparence financière et fiscale.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...