Maigre moisson pour la Police administrative de Casablanca

2 juin 2021 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : J.D

Lancée il y a deux ans, la police administrative de Casablanca affiche un bilan en demi-teinte. Certains observateurs y voient deux années de stagnation voire, de recul alors que sa création avait suscité beaucoup d’espoir chez les Casablancais.

Selon le quotidien Assabah, la police administrative communale affiche un bilan négatif deux ans après sa création, si l’on s’en tient à la prolifération des marchés insalubres et l’occupation du domaine public dans la métropole marocaine.

Dès le début de ses activités surtout, lors de la phase pilote de six mois exécutée dans cinq arrondissements de la métropole, l’unité de police administrative avait suscité d’énormes espoirs chez les Casablancais, fait remarquer le journal, notant que cette police était censée apporter des améliorations significatives au niveau de l’hygiène, de la salubrité publique et de la propreté, de l’urbanisme et de l’occupation du domaine public.

Mais près de deux ans après, les fruits n’ont pas porté la promesse des fleurs, tranche la publication, tout en faisant constater que la situation s’est aggravée avec une croissance aigüe d’occupation du domaine public et l’émergence d’habitations insalubres, en stricte violation de la loi.

Le journal relève que la situation persiste également au niveau de la préservation de la santé et la sécurité publique, ainsi que l’hygiène. Ceci, «  comme si cette police administrative communale n’avait jamais existé  », peste le quotidien, qui relève par ailleurs qu’elle a réduit ses actions à cinq préfectures de la ville et seulement au suivi des chantiers de construction.

La même source relève que l’absence de cette police dans la récente campagne de lutte contre l’exploitation illégale des parkings, le chantage subi par les citoyens et les violences enregistrées auprès des autorités, sont des preuves éloquentes de sa démission face aux défis auxquelles elle était confrontée.

Lancée officiellement le 4 juillet 2019 avec 150 agents déjà formés, la police administrative communale devait mener des contrôles d’hygiène, de protection de l’environnement et de propreté au niveau de tous les arrondissements de la capitale économique du royaume. Le personnel devrait être doublé en 2020 et renforcé par des agents en fonction au niveau des arrondissements.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Administration - Bilan

Aller plus loin

Casablanca : la police part en guerre contre l’occupation des espaces publics

La police administrative, avec la collaboration des services de la Province a fait une descente le mardi 27 août 2019 pour freiner le phénomène d’occupation du domaine public et...

Tanger veut mettre fin à l’anarchie avec une police administrative

La ville de Tanger a annoncé le déploiement prochain de la police administrative, une mesure visant à mettre un terme aux pratiques anarchiques et à lutter contre l’occupation...

Spoliation foncière : quand les bourreaux grugeaient impunément les victimes

La spoliation foncière a occasionné beaucoup de victimes dans le rang des citoyens marocains et des étrangers. Ces victimes se faisaient discrètes par crainte de représailles...

Maroc : les gardiens de voitures, ces mal-aimés

Les gardiens de voitures au Maroc font encore parler d’eux. De nombreux citoyens reprochent, particulièrement à ceux qui opèrent dans les grandes villes, de faire leur loi à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

Ramadan 2023 au Maroc : voici les horaires des administrations

En raison du mois de Ramadan qui démarre dans quelques jours, les horaires de travail dans les administrations, les établissements publics et les collectivités territoriales seront modifiés.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Coup d’accélérateur pour le TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a lancé un appel d’offres pour la construction d’une voie ferrée à grande vitesse de 375 kilomètres reliant Kénitra à Marrakech.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Maroc : conflit au sein des cabinets ministériels

Les membres de cabinets ministériels au Maroc se déchirent sur les prérogatives. À l’origine de ce conflit, le retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux.