Pas de libération pour les manifestants de Fnideq interpellés

11 février 2021 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : G.A

L’examen du dossier des quatre personnes arrêtées dans le cadre des manifestations contre la dégradation de la situation économique au Maroc, a été repoussé au 16 février par le tribunal de première instance de Tétouan. La cour a également rejeté les demandes de mise en liberté provisoire présentées par le collège des avocats des mis en causes.

Le dossier a été ouvert après que le parquet de Tétouan a décidé, lundi, de poursuivre en état d’arrestation les quatre personnes interpellées, dont un militant d’Al Adl Wal Ihssane « Justice et Bienfaisance ». Il s’agit de Yassine Razine, Reda Al-Aafiqi, Noureddine Al-Hichu et Mohamed Makdar, dont la défense est assurée par 30 avocats venus les soutenir.

Le vendredi 5 février dernier, dans la ville de Fnideq, les forces de l’ordre ont dispersé un sit-in organisé pour dénoncer et protester contre la détérioration des conditions de vie de la population locale, suite à la fermeture de la frontière avec Ceuta. La situation a très tôt viré en affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.

Les quatre personnes arrêtées sont accusées, entre autres, d’« insultes proférées contre les éléments des forces publiques, coups et blessures, désobéissance, violation de l’état d’urgence sanitaire et participation à un rassemblement non autorisé ».

Pour Maître Mohamed Achkour, avocat au barreau de Tétouan et membre de la défense, le tribunal de première instance de Tétouan a « commis une erreur en refusant de libérer provisoirement les quatre détenus ». Il estime que « l’État aussi se trompe dans son appréciation de la gravité de la situation et des conséquences possibles de la situation dans la ville de Fnideq ».

Dans un média local, il a déclaré que si l’État tient à redonner confiance aux citoyens, cela passe nécessairement par « la libération des quatre jeunes sous toutes garanties ». Il a fait remarquer que l’un des détenus a été interpellé à son domicile, tandis qu’un autre a été arrêté devant une mosquée. « Il n’y a pas de preuves de flagrant délit, de photos des accusés ou de vidéo prouvant ce qu’on leur reproche ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Manifestation - Ceuta (Sebta) - Fnideq - Crise économique - Chômage - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Fnideq : relaxe et peine de prison avec sursis pour les quatre jeunes interpellés

Les quatre jeunes interpellés dans le cadre des manifestations du 5 février à Fnideq ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. Sur ordre du procureur, ils ont été...

Fnideq : 700 femmes-mulets recasées dans le textile

Quelque 700 femmes-mulets vont être recasées dans des usines de textile grâce au programme intégré de développement économique et social de la préfecture de M’diq-Fnideq, et la...

Fnideq : manifestation contre la fermeture des frontières (vidéo)

Après onze mois de fermeture des frontières marocaines avec l’Espagne, les habitants de Fnideq ne tiennent plus. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils ont exprimé leur...

L’OMDH demande la libération des manifestants de Fnideq interpellés

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) vient de demander l’ouverture d’une enquête judiciaire transparente sur la tragédie de Tanger et la mise en liberté...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Maroc : hausse vertigineuse des faillites d’entreprises

Une « hausse vertigineuse » du nombre de défaillances d’entreprises devrait toucher le Maroc, selon Allianz Trade, leader mondial de l’assurance-crédit.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.