Des arrestations après les manifestations à Fnideq

9 février 2021 - 12h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

Après les manifestations qui ont éclaté vendredi soir à Fnideq et aussi à Tétouan, le parquet général de Tétouan a engagé lundi des poursuites judiciaires contre quatre prévenus. Le gouvernement, de son côté, doit rechercher les solutions durables à cette montée de la révolte qui risque d’embraser d’autres régions du royaume.

La police a interpellé vendredi dernier, à l’issue de ces manifestations contre la fermeture des frontières, un membre d’Al Adl wal Ihssane et un militant de l’USFP.

Les prévenus, placés en détention provisoire, seront présentés ce mardi 9 février devant le tribunal de première instance de Tétouan pour répondre des chefs d’accusation de « participation à un rassemblement non-autorisé », « jet de pierres sur des forces publiques » et « violation de l’état d’urgence sanitaire ».

La question de la gestion économique de la crise sanitaire se pose avec acuité après ces manifestations des habitants de Fnideq, qui ont exprimé leur ras-le-bol de cette situation qui appauvrit le tissu productif local et détruit le lien social.

Tout le nord du Maroc est considéré comme une zone stratégique par le gouvernement qui y a réalisé de grands investissements en matière d’infrastructures routières et portuaires. Mais elle est aussi réputée une zone favorable au discours jihadiste et au commerce de contrebande. Le gouvernement a donc intérêt à prendre le taureau par les cornes afin d’éviter que d’autres manifestations ne surviennent dans d’autres régions du royaume après celles de Fnideq.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Manifestation - Droits et Justice - Fnideq - Crise économique - Al Adl wal Ihssane

Aller plus loin

Pas de libération pour les manifestants de Fnideq interpellés

L’examen du dossier des quatre personnes arrêtées dans le cadre des manifestations contre la dégradation de la situation économique au Maroc, a été repoussé au 16 février par le...

Fnideq : manifestation contre la fermeture des frontières (vidéo)

Après onze mois de fermeture des frontières marocaines avec l’Espagne, les habitants de Fnideq ne tiennent plus. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils ont exprimé leur...

Fnideq : relaxe et peine de prison avec sursis pour les quatre jeunes interpellés

Les quatre jeunes interpellés dans le cadre des manifestations du 5 février à Fnideq ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. Sur ordre du procureur, ils ont été...

Les habitants de Fnideq redescendent dans la rue

Après les manifestations du vendredi 5 février, les habitants de Fnideq ont à nouveau manifesté vendredi 12 février, pour protester contre la fermeture des frontières avec Ceuta...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.